Publié il y a 1 an - Mise à jour le 11.01.2023  - 3 min  - vu 2502 fois

FOOTBALL Un jeune ailier à fort potentiel et un attaquant expérimenté dans le viseur de l'OAC

Yassine Kich

Yassine Kich pourrait rejouer avec son ami Paul Bonneau. (photo Corentin Migoule)

Mis à l'essai depuis plusieurs semaines, Yassine Kich, jeune ailier (20 ans) formé au Toulouse Football Club (TFC), pourrait s'engager avec l'Olympique d'Alès en Cévennes. Tout comme l'attaquant expérimenté (31 ans) Adama Sarr. 

Il a été mis à l'essai avant Noël, puis à nouveau en ce début de mois de janvier. Le jeune milieu offensif Yassine Kich qui va fêter ses 21 ans dans quelques jours pourrait rejoindre le club alésien, lequel est en quête de renfort(s) dans ce secteur.

Yassine Kich
Yassine Kich pourrait rejouer avec son ami Paul Bonneau. (photo Corentin Migoule)

Né à Montpellier, pré-formé au MHSC, celui qui est aussi à l'aise du pied droit que du pied gauche a achevé sa formation dans la prestigieuse académie du Toulouse Football Club (TFC). Vice-champion de France U17 avec le club toulousain en 2018, le Franco-marocain a disputé deux matchs en Équipe de France U16 la même année. 

Le coach alésien Hakim Malek a activé son réseau pour identifier ce joueur à fort potentiel qui connaît bien l'un de ses nouveaux partenaires d'entraînement en la personne de Paul Bonneau. Les deux anciens du TFC affichent déjà une belle complicité sur le terrain lors des séances au Moulinet.

"Il a des qualités similaires à celles d'Amine Sbaï", commentait le manager général Philippe Mallaroni en le voyant à l'œuvre à l'entraînement. Une remarque élogieuse faisant écho à un autre jeune ailier ayant fait le bonheur de l'OAC il y a deux ans et qui s'éclate aujourd'hui en Ligue 2 avec Grenoble.

Rapide dans les petits espaces et très technique, Yassine Kich pourrait offrir une solution offensive supplémentaire à Hakim Malek en l'absence d'Abdoulaye Diaby, blessé de longue date. Pour la petite histoire, le joueur connaît déjà Pibarot. Il était titulaire en mai dernier lors de la réception de la réserve de Toulouse. Un délicieux souvenir pour les supporters alésiens avec une montée à la clé (1-1).

Adama
Adama Sarr rejoindrait Mahamat et Abelinti au rayon des attaquants oaciens. (Photo Corentin Migoule)

Mais le jeune toulousain n'est pas l'unique joueur testé par l'OAC ces derniers jours. Le Franco-sénégalais Adama Sarr, natif de Dakar, est aussi de la partie. S'il ne culmine pas très haut (1m78), le joueur formé au FC Lorient dégage une sacrée impression de puissance. La puissance, assurément l'une des principales qualités de cet attaquant capable de prendre la profondeur comme de jouer en pivot. 

Pas maladroit de la tête, Adama Sarr apporterait au groupe oacien toute l'expérience d'un joueur trentenaire (31 ans) ayant connu la Ligue 2 avec Bourg-en-Bresse et le Paris FC (65 matchs au deuxième échelon du football français, 29 en tant que titulaire, pour 11 buts marqués). 

Tous les voyants sont au vert

L'avant-centre, qui connaît bien la tour de contrôle oacienne Diaguely Dabo, a roulé sa bosse  et vu du pays (Red Star - National ; US Quevilly - N2 ; Les Herbiers - N2). En manque de temps de jeu au Paris FC en 2020 lors de sa dernière saison en France, Adama Sarr avait tenté l'aventure en Turquie (D2) puis en Roumanie (D1). Avant de rebondir en Cévennes ?

L'avenir le dira. Quoi qu'il en soit, à la veille du passage en appel des dirigeants oaciens devant le gendarme financier du football français et 72 heures avant la réception capitale du FC Sète, l'OAC affiche un visage conquérant. Depuis l'arrivée d'Hakim Malek, les joueurs ont retrouvé le goût de l'effort et, depuis peu, le chemin des filets.

"On joue beaucoup plus libérés", confie un joueur, agréablement "surpris" par les idées de son nouveau coach. Et ce dernier d'ajouter : "Beaucoup d'équipes qu'on affronte ne comprennent pas pourquoi on était derniers. Il y a vraiment de la qualité." Il ne fallait finalement pas grand chose pour que la confiance revienne. Et avec elle, l'espoir d'un maintien qui paraissait il y a peu illusoire. Convaincu par l'engouement des supporters sur les réseaux sociaux, le manager général Philippe Mallaroni a même décrété la gratuité de l'entrée à Pibarot ce samedi (relire ici). Tous les voyants sont au vert.

Sports Gard

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio