Publié il y a 1 an - Mise à jour le 15.03.2023 - Norman Jardin et Corentin Migoule. - 3 min  - vu 1802 fois

LA MINUTE SPORT L'actualité sportive de ce mercredi 15 mars

Rafiki Saïd est nîmois jusqu’en juin 2025

- Photo : Yannick Pons

Comme chaque jour du lundi au vendredi, découvrez l’essentiel de l'actualité sportive gardoise en quelques infos.

Nîmes Olympique 

Saïd prolongé. Il a débarqué à Nîmes le 31 août dernier en provenance de Brest. L’attaquant Comorien Rafiki Saïd, qui fête ses 23 ans aujourd’hui, avait signé un contrat d’un an. Mais comme pour d’autres recrues estivales, cette première année était assortie d’une prolongation conditionnée. À chaque joueur sa spécificité et pour Saïd l’allongement du bail nîmois était soumis à 15 titularisations. Ce seuil a été atteint samedi face à QRM et le Crocodile a fêté sa prolongation de deux saisons en réussissant sa troisième passe décisive. Le voila lié au Nîmes Olympique jusqu’en juin 2025, quelque soit la division où évoluera le club.

Nicolas Benezet ratera le voyage à Bordeaux • Photo : Anthony Maurin

Benezet aux soins. Le Crocodile connaît décidément une saison compliquée au niveau médical. Déjà gêné par une inflammation, puis par une entorse, Nicolas Benezet (32 ans) a raté 15 rencontres à cause de ses blessures. Cette fois, ce sont les ischio-jambiers qui sont capricieux. Après avoir manqué la victoire contre Quevilly-Rouen le week-end dernier, le Nîmois ne sera donc pas du voyage à Bordeaux samedi. « L’objectif est d’être opérationnel pour la réception d’Annecy », explique le joueur qui a réussi un but et une passe décisive en douze rencontres cette saison. Ce mercredi, il était, avec Scotty Sadzoute, le seul Crocodile resté aux soins.

Bernard Blaquart analyse la saison nîmoise • Photo : Anthony Maurin

L’analyse de Blaquart. Quand Nîmes Olympique affronte les Girondins de Bordeaux, il y a un homme bien placé pour évoquer les deux clubs, c’est Bernard Blaquart. Cette semaine, nos confrères de France Bleu Gironde ont fait appel à l’ancien entraîneur nîmois. Le technicien a évoqué la situation sportive des Crocodiles : « Je reste dans l’idée que c’est une équipe qui est bonne, mais un club c’est un tout avec des gens qui montrent l’exemple en haut. Aujourd’hui, le club est sur une pente descendante et j’espère qu’ils vont se maintenir car la place de Nîmes est en Ligue 2. » Bernard Blaquart a aussi regretté la perte de l’agrément du centre de formation nîmois : « Il n’y a plus de centre de formation, plus de jeunes qui jouent. Dans le onze de départ, il n’y a qu’un joueur qui a plus d’un an d’ancienneté. Comment voulez-vous faire une équipe homogène avec ça ? Et quand vous changez d’entraîneur deux fois par an ! Un club, comme une équipe, ça se construit et ce n’est pas en recrutant quinze joueurs qu’on y arrive forcément ». Enfin, l’idole des Costières est revenue sur les qualités nécessaires pour faire revenir les supporters au stade : « À Nîmes, on n’avait pas forcément les meilleurs joueurs, mais on avait un état d’esprit remarquable et le public s’y retrouvait. » Voilà une analyse qui colle à l’actualité des Crocodiles mais c’est aussi peut-être quelques conseils pour se maintenir en Ligue 2.

OAC

L’OAC à l’aube du dernier tiers du championnat. Samedi dernier face à Hyères, l’OAC a concédé le nul lors du premier de ses trois matchs consécutifs à domicile. Diaguely a écopé un carton jaune, le troisième en peu de temps, et est donc suspendu pour le match face à Thonon dans 10 jours. Il est en revanche disponible ce samedi pour la réception de Louhans-Cuiseaux. Daysam Ben Nasr et Jeremy Iafrate eux, ne le sont pas. Le premier souffre toujours de le cheville, quand le second, sorti sur civière après un coup de coude qui lui avait fait perdre connaissance le 5 mars dernier, est toujours convalescent. Le défenseur central est victime d’une amnésie partielle. Il ne se souvient absolument pas du match face à Grasse au cours duquel il a dû quitter ses partenaires précipitamment. Si le premier scanner n’avait rien révélé d’anormal, l’ancien nîmois est toujours sujet à des maux de tête et n’a pour l’instant pas repris l’entraînement. Un rendez-vous complémentaire ce jour avec un neurologue a confirmé le premier diagnostic. "Encore un peu de repos et ça ira", commente le joueur, rassurant. Au moment de rentrer dans le dernier tiers du championnat, avec 10 matchs au calendrier, Hakim Malek est donc privé de deux joueurs majeurs ayant fait les beaux jours de l’équipe ces dernières semaines. Mais avec les recrues hivernales, le groupe reste fourni et compétitif. Ce mercredi après-midi, la séance d’entraînement qui a eu lieu à Pibarot a été particulièrement intense et studieuse. Mais le technicien alésien le reconnaît : "Il n’y a pas la même sérénité dans l’approche des matchs à mesure que la fin de saison approche. C’est normal car on a le couperet au-dessus de la tête à chaque match." Surtout lorsque se profile la réception de Louhans-Cuiseaux, concurrent direct au maintien qui arbore exactement le même nombre de points au classement : 21. Soit trois de moins que le premier non-relégable.

Norman Jardin et Corentin Migoule.

Nîmes Olympique

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio