Publié il y a 30 jours - Mise à jour le 26.05.2024 - Norman Jardin - 2 min  - vu 498 fois

FAIT DU SOIR USAM La fin du rêve européen pour les Nîmois

Sanad et les Nîmois échouent dans ce match décisif face à Limoges

- Photo : USAM

Une semaine après avoir terrassé le Paris Saint-Germain (33-32), l’USAM s’est inclinée au Parnasse face à Limoges (34-37) dans un match décisif. Le rêve européen des Nîmois s’est tristement envolé avec les adieux de Quentin Dupuy et Benjamin Gallego.

C’est d’abord sous le signe de l’émotion que cette rencontre débute avec les adieux au Parnasse de Quentin Dupuy et Benjamin Gallego. Le premier prendra la direction de Dunkerque à la fin de la saison et le second va entrer dans l’encadrement de la Green team. Ces deux grands soldats du l’USAM ont droit à une entrée particulière puisqu’elle se fait depuis les tribunes, au contact des fidèles supporters des Verts. Mais il faut bien laisser les sentiments aux vestiaires, car l’enjeu de l’après-midi est énorme. Les joueurs de Yann Balmossière doivent s’imposer d’au moins quatre buts pour se qualifier pour une coupe d’Europe la saison prochaine.

Tout commence mal 

Plus facile à dire qu’à faire car l’adversaire du jour est l’équipe de Limoges qui est l’heureuse locataire de la cinquième place si convoitée. Mais personne n’a oublié que les Nîmois sont allés réaliser un exploit, il y a une semaine, en s’imposant à Paris (33-32). Pour autant, il est simpliste de penser que « qui peut le plus, peut le moins ». Alors, pour que ce dernier rendez-vous de la saison au Parnasse, se transforme en fête, les Usamistes ont l’obligation de sortir un grand match. Les Limougeauds n’étant pas venus à Nîmes en victimes expiatoires, la tâche est plus difficile que prévue. Et tout commence mal.

Ce match était le dernier de Benjamin Gallego au Parnasse • Photo : USAM

Pas intimidés par l’ambiance surchauffée de la salle nîmoise, les visiteurs prennent, pour très longtemps, les commandes (0-2, 1-4 puis 5-8). Pendant de longues minutes, les supporters gardois attendent ce moment où les Verts se surpassent pour renverser une situation inconfortable. La rencontre est stressante et frustrante car malgré tous leurs efforts les Nîmois n’arrivent pas à inverser le sort de ce match, et c’est avec un avantage de deux unités que Limoges termine ce premier acte (16-17). Durant la pause, les Compagnons du devoir sont mis à l’honneur pour une des œuvres représentant les valeurs du handball gardois.

Des limougeauds terriblement efficaces 

Voilà une belle source d’inspiration pour des Nîmois à la peine. Mais cela est insuffisant et en seconde période rien de change vraiment. L’USAM s’accroche mais ne parvient toujours pas à prendre à défaut des Limougeauds terriblement efficaces. Le temps passe vite et un mauvais pressentiment envahit les pensées nîmoises. Et si Rebichon et sa bande n’y arrivaient pas ? Puis cette idée prend forme dans le dernier quart-d’heure. Limoges ne cède rien et dans l'ultime minute, cette équipe conforte son avance pour s’imposer (37-34). Ce n’est plus la peine de faire des calculs et le dernier match à Nantes, vendredi prochain ne servira à rien.

Limoges a barré le chemin aux Nîmois • Photo : USAM

Les Nîmois n’ont plus joué une coupe d’Europe depuis deux ans, qu’ils ont quitté (5 avril 2022) avec une insuffisante victoire sur les Slovènes de Velenje 35-30 (défaite 29-22 à l’aller). Il faudra encore attendre au moins une saison pour revoir l’USAM sur le scène européenne.

À la fin du match, Benjamin Gallego a été fêté par ses supporters • Photo : Noémie Meger

 

Norman Jardin

USAM

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio