Actualité générale.ActualitésCultureFéria de Nîmes.

FERIA DE NÎMES : Le dispositif de sécurité anti-délinquance a fait ses preuves

Pendant que certains faisaient la fête, d'autre, près de 400 hommes (tous les soirs) de la police et de la gendarmerie veillaient au grain. Feria de Nîmes oblige, un important dispositif de sécurité a été mis en place dans toute la ville, avec cette année deux systèmes complémentaires : le dispositif anti-délinquance et le dispositif dans les Arènes de Nîmes. 

Sur le boulevard Victor Hugo à Nîmes, dimanche 27 mai, lors d'une patrouille de nuit avec le commissaire Fayet, chef de la sûreté départementale suivi d'une équipe de la brigade départementale d'intervention. Photo DR/S.Ma

"La Feria de Nîmes est un service festif qui sous ses airs bonhomme est très complexe à sécuriser car tout est compact" explique Yannick Janas, directeur départemental adjoint de la sécurité publique du Gard. Ainsi, lors de ces six jours de fête, tous les effectifs engagés sur le terrain, une présence très remarquée, ont gardé l’œil, une façon de tenter d'anticiper sur l'imprévu : vols à l'arrachée, vols de véhicule, coups et blessures, dégradations... mais aussi cambriolage. Cette année, le dispositif de sécurité du volet ordre public a été renforcé à l'intérieur comme à l'extérieur de la Feria. "Nous avons mis en place ce dispositif anti-délinquance pour ne pas rester qu'au stade de service de l'ordre. Le but était de protéger les fêtards et leurs biens à l'intérieur comme à l'extérieur de la ville." Un exemple qui illustre bien le propos de Yannick Janas : Dans la nuit de dimanche à lundi, vers 5 heures du matin, cinq nîmois dont trois majeurs et deux mineurs, ont été interpellés, puis placés en garde à vue, après avoir agressé puis volé deux piétons qui rentraient de la Feria, route de Sauve.

Au centre d'informations et de commandement de la DDSP du Gard, à l'Hôtel de police de Nîmes. Photo DR/S.Ma

S'ajoute à ce fait des flagrants délit de vols à l'arrachée vendredi (25 mai), le long du boulevard Victor Hugo, des interpellations pour faits de violence avec arme. Des faits qui ne peuvent pas toujours être repérés par les policiers sur place. Ils sont alors aidés par la centaine de caméras disposées un peu partout dans la ville dont les images sont retransmises au centre d'informations et de commandement DDSP du Gard à l'Hôtel de Police de Nîmes. C'est là aussi que les appels police secours (117) atterrissent, c'est là encore qu'un brigadier superviseur gère ses équipages qui interviennent sur Nîmes, Bagnols-sur-Cèze et Saint-Christol-lès-Alès.

Un dispositif de précision qui a ainsi bien fonctionné, preuve en est, les chiffres liés à la délinquance sont tous en baisse comparé à l'an passé.

Autre nouveauté qui a fait ses preuves, le dispositif mis en place dans les Arènes de Nîmes. "Une dizaine d'hommes ont patrouillé à l'intérieur et autour des Arènes, aidés par une caméra installée dans les Arènes, afin de détecter des mouvements de contestations provenant des anti-corridas. Par ce dispositif, nous avons voulu éviter le syndrome de Rodilhan ou plus récemment d'Alès" précise le directeur départemental adjoint de la sécurité publique du Gard. Voilà qui explique pourquoi les anti-corridas se sont fait discrets lors de cette 60ème édition de la Feria de Nîmes.

Lors des corridas, une dizaine de policiers patrouillaient à l'intérieur comme à l'extérieur des Arèenes pour contenir un éventuel mouvement des anti-corridas. Photo DR/S.Ma

 

Le bilan du dispositif sécurité complet en chiffres (provisoires)

Ordre public :

- 12 degradations de vehicules contre 23 en 2011 : - 47,8%
- 13 cambriolages contre 21 en 2011 : - 38,1%
- 17 vols de vehicule contre 26 l'an dernier : - 34,6%
- 14 coups et blessures volontaires contre 20 en 2011 : - 30%
- 30 vols avec violence contre 29 l¡¦an dernier :- 3,4%
- 4 vols de deux roues, idem en 2011
- 32 vols a la roulotte, idem en 2011
- aucune violence contre agents de la force publique contre 1 fait l'an dernier
- aucun vol a main armee (idem en 2011).

Sécurité routière : 0 accident mortel pendant la Feria

Dimanche 27 mai, vers 22 heures, malgré la pluie, une équipe de la brigade motocycliste urbaine départementale menée par le capitaine Trousy a effectué un contrôle routier, à proximité de l'Eglise Saint Paul. Seule des infractions "administratives" ont été relévées. Photo DR/S.Ma

Sous le commandement du Colonel Pierre Poty, 120 gendarmes, CRS et policiers ont procédé à des contrôles routiers sur l’ensemble des axes de la ville de Nîmes les nuits du 24 au 27 mai. Cette stratégie a permis de ne déplorer aucun accident mortel de la route.
Sur 5 861 dépistages d’alcoolémie effectués, 427 infractions de conduite sous l’empire d’un état alcoolique ont été relevées soit 7,3% des conducteurs :
- 153 infractions délictuelles, (0,8 gramme d'alcool par litre de sang et plus) qui ont donné lieu à des suspensions du permis de conduire pour une durée allant de 1 mois à 6 mois ;
- 274 infractions contraventionnelles (de 0.5 à 0.79 gramme par litre de sang : retrait de 6 points dupermis de conduire et 90 € d'amende).

L’an dernier, 7 364 dépistages d'alcoolémie ont été réalisés et 425 infractions relevées soit 5,8% des conducteurs contrôlés (147 infractions délictuelles et 278 contraventionnelles). 43 infractions annexes ont été relevées.

Secours à la personne

Le Service Départemental d’Incendie et de Secours (SDIS) du Gard a réalisé 16 interventions sur le secteur de l’Ecusson (14 secours à personne, 1 accident sur la voie publique et 1 incendie). En moyenne, 40 sapeurs-pompiers ont été engagés chaque jour. La Croix Rouge Française a réalisé 487 interventions dont 62 ont nécessité un transfert à l'hôpital.

Sécurité alimentaire

65 établissements de restauration ont été contrôlés par les agents de la Direction Départementale de rotection des Populations (DDPP) tout au long de la semaine, conjointement avec le service Hygiène de la Ville de Nîmes, et ont donné lieu à 6 procès-verbaux transmis à l’autorité judiciaire. Les contrôles ont porté sur les règles d’hygiène, la qualité des produits et l’information des consommateurs.
Ces contrôles ont mis en évidence :
- l’insuffisante maîtrise des règles de température (capacité en frigo trop faible, décongélation à température ambiante, etc.) ;
- la mauvaise qualité des huiles de friture ;
- des informations trompeuses (faux riz de Camargue, faux pélardon…) ;
- des absences d’affichage des prix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité