Actualité générale.ActualitésEconomieEconomie.

CCI DE NÎMES : Exit « les années de retrait », Henry Douais élabore un Plan stratégique

Le 13 septembre prochain, à l'occasion d'une séance plénière, Henry Douais et ses élus auront à voter le Plan Stratégique de la CCI de Nîmes 2012-2015. Un document d'une vingtaine de pages élaboré par un expert national, Yves Renaud, ancien directeur général de la CCI de Nice Côte d'Azur, après étude de l'économie du territoire.

Le 13 septembre prochain, Henry Douais et ses élus de la CCI de Nîmes, voteront le Plan stratégique 2012-2015. Photo DR/S.Ma

"Une nouveauté" créée à l'initiative du président de la CCI de Nîmes qui explique s'être trouvé bien dépourvu à sa prise de fonction le 9 mars dernier (élection qui a été remise en cause par le Tribunal administratif de Nîmes saisi par son adversaire Éric Giraudier, Ndlr) : "les années précédentes, la CCI de Nîmes avait une attitude passive. Toujours en repli, ses exigences n'étaient pas suffisantes. D'ailleurs au fil du temps, le portefeuille d'activités s'est restreint, nous avons perdu Port Camargue (1976-2002), l'aéroport de Nîmes (2000-2006) et encore le pont du Gard (1996-2002). Et tout cela parce qu'il n'y avait pas de stratégie établie. Aujourd'hui, la CCI de Nîmes veut tourner le dos à ces années de retrait et donner aux acteurs de notre territoire une ligne directrice, un axe de travail, pour trouver de nouvelles ressources."

Ce plan stratégique fait donc état des forces et des faiblesses du territoire tout thème confondu. Bien entendu, le président et ses élus se concentreront sur le deuxième point. Et puisqu'il est daté de 2012 à 2015 -- à noter que si Henry Douais est toujours en place en tant que président, il pourrait repartir pour une troisième campagne électorale si la Cour d'appel de Marseille ne valide pas son élection, Ndlr -- la CCI de Nîmes doit se fixer des priorités. "L'union des hommes" en fait partie. "Il y a trop de non-dits. Nous avons le devoir de nous rapprocher des entreprises et des commerçants mais aussi des élus du territoire." D'où la convention signée avec Nîmes Métropole le 27 août dernier. "C'est important, la CCI de Nîmes doit être interrogée sur les projets de la ville, comme sur la santé des entreprises dont nous serons les porte-paroles. Et cela concerne principalement les centres-villes où nous pouvons partager notre savoir-faire en matière de merchandising -- ensemble d'études et de techniques destinées à l'optimisation des ventes grâce à des principes d'implantation des produits, Ndlr -- afin de créer de l'attractivité. Le temps de la division est révolu. L'union des hommes fait la force de notre territoire, c'est pourquoi nous nous sommes rapprochés de Nîmes Métropole mais aussi de la CCI d'Alès, de la Chambre des Métiers et de l'Artisanat et de la Chambre d'agriculture du Gard pour créer l'Interconsulaire. Mais nous espérons demain avoir un partenariat avec d'autres agglomérations et pourquoi pas avec le Conseil général du Gard."

Le tourisme, des efforts à faire

Pour certain des acteurs du tourisme "les arènes de Nîmes, le pont du Gard et encore de Seaquarium au Grau-du-Roi", la saison a été bonne, pour d'autres, commerçants, restaurateurs, hôteliers, un peu moins. "Notre problème c'est que nous n'arrivons pas à fixer les touristes, il manque une attractivité originale." Et la bonne idée, Henry Douais l'a dans un coin de sa tête : un parc d'attraction "culturo-touristico-commercial" sur la romanité, un thème cher à notre département. "La société Culture Espace est prête à se lancer mais il manque une volonté force des politiques. La CCI de Nîmes a besoin d'eux pour réaliser ce projet à dimension nationale, voire internationale et précisément de politiques qui maîtrisent le foncier." Affaire à suivre donc.

Autre projet d'envergure toujours lié au tourisme, l'extension du CFA de Marguerittes pour la création d'un pôle d'excellence Bac +3 (restauration et hôtellerie). "C'est un projet au concept innovant qui répond à la demande de la profession (8 millions d'euros). Nous avons créé un partenariat avec la Maison de l'Olivier où sera implanté le pôle d'excellence. Ainsi, les étudiants seront mis en situation d'entreprise et feront déguster leurs préparations aux visiteurs." Mais pour cela, il faudra attendre la rentrée 2014.

Stéphanie MARIN

stephanie.marin@objectifgard.com

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité