A la uneNîmes Olympique

DIJON – NÎMES OLYMPIQUE : 2-1. Beaucoup de regrets…

Coup d’arrêt et coup dur pour les crocos. Malgré de nombreuses occasions, un poteau et surtout un très grand gardien dijonnais, les nîmois se sont inclinés sur le score de deux buts à un. Les joueurs de Zvunka méritaient mieux ce soir mais Dijon a été plus réaliste. En perdant, Nîmes redescend à la treizième place mais reste à quatre points du premier reléguable, Arles-Avignon.

Il y a une grosse ambiance au stade Gaston Gérard. 8 000 spectateurs sont venus applaudir leur équipe qui joue en rouge. Les nîmois, eux, inaugurent un nouveau maillot bleu qui, ce soir en tout cas, ne portera pas chance aux joueurs gardois. Sur la feuille de match, Victor Zvunka a choisi de remplacer Sbaï, suspendu, par Parpeix. Ogounbiyi laisse sa place à Robail qui se retrouve donc titularisé contre son ancien club. L’arbitre de la rencontre, Cédric Cotrel, donne le coup d’envoi.

Rapidement, les bourguignons prennent le dessus, vont de l’avant. Pendant les 20 premières minutes, les crocos sont pâles, absents, pas très bien entrés dans le match. Dijon en profite d’abord par l’intermédiaire de Berenguer qui est le premier à frapper au but (8’). Sa tentative de 25 mètres passe à côté du but. A la 19eme minute, Florent Mollet envoie une frappe puissante qui oblige Cyrille Merville à une belle parade. Le premier sursaut nîmois intervient sur un coup-franc excentré de Gragnic (22’), proche du poteau de corner. Vicieux, le numéro 29 tente de tromper la vigilance de Baptiste Reynet, le gardien de Dijon, en le tirant directement. Reynet, d’une claquette, dévie in-extrémis le ballon en corner. Le match s’emballe. On se rend coup pour coup. L’attaquant bourguignon Raphaël Caceres se créé une énorme occasion sur un bonne passe reçue à la limite du hors-jeu. Il frappe une première fois mais Merville s’interpose. Sa deuxième tentative ne sera pas cadrée. Les nîmois respirent et se créent aussitôt la plus belle action de cette première mi-temps. Amewou, laissé seul à une trentaine de mètres du but adverse, envoie un missile du gauche. Reynet ne bouge pas. Son poteau, lui, va trembler mais choisit de repousser le ballon et de ne pas donner le petit coup de pouce qu’il aurait fallu aux nîmois et qui aurait changé bien des choses. Dommage. Mais Nîmes finit mieux que son adversaire du soir. A la 31eme, Benezet réussit son pressing. Il se présente seul face à Reynet et choisit de frapper sur la gauche du gardien. Imbattable, Baptiste Reynet se détend et détourne la balle. La muraille de Dijon emmène son équipe aux vestiaires sur un score vierge. Ses partenaires peuvent le remercier.

Crédit Photo Objectif Gard

Ce soir, les entames de rencontre ne jouent pas en faveur des nîmois. Alors qu’ils finissaient la première période en grande pompe, ils reprennent la seconde période en étant légèrement à côté de leurs pompes. Ils vont le payer cher à la 49eme minute. Julio Tavares est à la récupération d’un ballon perdu par les nîmois. Tout en puissance, il s’impose et fait la différence autour de trois défenseurs nîmois un peu passifs. A l’entrée de la surface, il frappe de l’extérieur du gauche, sans trop de puissance, à ras de terre. Le ballon est suffisamment bien placé pour tromper Merville. 1-0. L’avant-centre bourguignon inscrit là son troisième but en deux matchs. Pour réveiller son équipe, Victor Zvunka procède à deux changements : Haddou et Robail remplacent Amewou et Ogounbiyi. Dans le camp d’en face, les joueurs d’Olivier Dall’Oglio tentent de se mettre à l’abri et y parviennent à la 68eme minute. L’arbitre accorde un pénalty après une faute dans la surface du capitaine Benoit Poulain sur Berenguer. Caceres s’en charge et s’y reprend à deux fois après une première parade de Merville. 2-0. La fin de match sera nîmoise mais les crocos buteront à plusieurs reprises sur un grand Reynet qui repousse un lob de Gragnic (82’) puis une frappe de Parpeix (84’) avant, quand même, de s’incliner sur une tête de Romain Thibault à la réception d’un coup franc de Bouby (92’). 2-1. Un peu de gâchis, un excellent portier adverse et la malchance de trouver le poteau. Ce mélange est venu à bout de l’invincibilité nîmoise. Les crocos auront l’occasion de se reprendre vendredi prochain à 20 heures, en Coupe de France aux Costières, contre un adversaire plus faible sur le papier : Luzenac, un club de National.

Tony Duret

tony.duret@objectifgard.com

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité