A la uneActualité générale.ActualitésEconomieEconomie.

CCI DE NÎMES Tourisme, commerce : Henry Douais pose ses propositions sur la table

Photo DR/

Le temps d'une conférence de presse, ce vendredi 14 décembre, Henry Douais a annoncé les projets dans les domaines du commerce et du tourisme de la CCI de Nîmes, comme on enfile des perles. 

Les Villages des marques

Premier point abordé par Henry Douais, les villages des marques. Encore une fois, la CCI de Nîmes a tenu à rappeler sa farouche opposition à ce projet de “super zone” commerciale de 22.000 m2 portée par la sociétés DTZ et Advantail, située à Fournès, à proximité de l’échangeur A9 de Remoulins. Emboîtant le pas du collectif des commerçants “Uzès doit continuer de vivre”, le président met à mal tous les arguments avancés par les initiateurs de ce projet et notamment celui portant sur la création d'emplois. "On nous annonce 400 postes à Fournès. Mais ces emplois seront précaires. Nous avons mené une étude au village des marques de Nailloux (créé il y a un peu plus d'un an à une vingtaine de kilomètres de Toulouse en Haute-Garonne, Ndlr). La grande majorité des contrats de travail ne dépassent pas les 20 heures par semaine. Pourquoi ? Parce que la semaine, le site commercial est vide. Quant aux emplois générés par la construction du village des marques, très peu de PME et TPE locales vont en profiter. Les porteurs de projets arrivent avec leurs équipes."

Et la réflexion reste la même pour cet autre projet de village des marques lancé en catimini du côté de Gallargues (depuis 1998), qui pourrait générer près de 500 emplois. Sauf que dans ce cas précis, personne n'a demandé l'avis de la CCI de Nîmes. Qu'à cela ne tienne, Henry Douais veut "rencontrer les élus des collectivités pour donner l'opinion de la chambre consulaire locale et régionale." Un avis qui tend plus vers le défavorable, comme de bien entendu. "Je vous pose la question, est-ce que ces villages des marques vont profiter aux commerces de proximité ? Vous savez que non. Ces projets ne se résument qu'à du tourisme commercial. Est-ce que le Gard a besoin de tourisme commercial pour faire venir du monde ? Non, nous devons nous concentrer sur le culturel."

Ce qui nous amène au deuxième point abordé : Le tourisme, avec encore ce fameux parc d’attraction “culturo-touristico-commercial” sur la Romanité qui pour l'heure est toujours en cours de réflexion. Une réflexion qui pourrait mener ce projet à s'installer sur les 150 hectares de terrain qui entoureront la future gare de Manduel créée dans le cadre de la réalisation du contournement ferroviaire Nîmes/Montpellier. Et pourquoi pas ? Et puis, il y a ce dossier du Nemaulac qui traîne dans les cartons depuis 10 ans, toujours à l'étude. Mais ce qui chagrine le président de la CCI de Nîmes, c'est que la capitale gardoise n'est pas encore reçue la reconnaissance de l'UNESCO pour ces deux monuments, les Arènes et la Maison Carrée. "On doit soutenir la mairie qui mène ce combat."

Si Henry Douais est si attaché à ce tourisme, c'est bien entendu parce qu'il permet de faire vivre les commerces de proximité pour lesquels le président et ses équipes a pensé à quelques nouveautés pour l'année 2013.

Deux managers pour gérer le centre-ville

En marge de l'aide financière (prenons pour exemple les subventions accordées à l'union des commerçants estimées à 65 000€ pour les mois d'octobre et novembre, Ndlr), la CCI de Nîmes mettra en place une aide logistique avec la création d'un poste de conseille I-Commerce et I-Tourisme ainsi que de deux postes de manager de centre-ville à Nîmes, Bagnols-sur-Cèze et Pont-Saint-Esprit. "C'est un concept venu d'Angleterre pour aider les commerçants car beaucoup encore sont isolés. Leurs missions seront orientées vers l'élaboration d'un plan global du développement du commerce, la gestion de la relation entre commerçants et élus et la veille commerciale etc" précise Henry Douais fier d'annoncer en plus de la naissance de ces postes, la nomination de deux responsables de projet dans les secteurs tourisme et commerce. "Une première à la CCI."

Autre nouveauté et pas des moindres, un engagement qualité "Préférence commerce" sur Bagnols, Nîmes et Pont-Saint-Esprit (financé à hauteur de 22 500€ par le Conseil Général). "Les commerçants paieront 60€ par an et pourront ainsi bénéficier d'une formation pour améliorer la gestion de leur commerce. En contrepartie, une affichette leur sera remise, gage d'une reconnaissance qualitative pour la profession et les clients. Nous allons aussi mettre en place le premier Salon DEVCOM qui sera agrémenté de conférences etc." Comme on enfile des perles vous a-t-on dit...

S.Ma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité