Actualité générale.Actualités

ALÈS Les lycéens de Jean-Baptiste Dumas préparent le tournage d’un court-métrage

Geist (traduisez Esprits). C'est le titre qu'ont donné les apprentis cinéastes du Lycée Jean-Baptiste Dumas à leur court-métrage. Ce film co-écrit à vingt mains est le fruit d'une réflexion de plusieurs mois. Et pour cause, les élèves de Terminale L qui ont choisi l'option facultative cinéma-audiovisuel, devront le présenter lors d'une épreuve comptant pour le baccalauréat. 

Tom Roussel, élève en Terminale L à J-B Dumas, co-scénariste et technicien lumière du court-métrage "Geist". Photo DR/

"Depuis le début de l'année nous travaillons sur le thème de la peur. Nous avons étudié beaucoup de films, nous avons aussi beaucoup appris aux côtés des intervenants du Festival Itinérances, raconte Tom Roussel, 19 ans, co-scénariste, en charge de la lumière pour la technique. Au mois de novembre, nous avons commencé à écrire le scénario, le découpage technique, la note d'intention etc." Bref, des étapes "paperasses" harassantes mais pourtant indispensables à la réalisation d'un film. Ceci étant fini, il fallait penser à cela : Recherche d'acteurs et de figurants, lieux de tournage etc. Pour le casting, les lycéens accompagnés de leur professeur, Sylvain Lemajeur, ont eu la bonne idée de placarder dans quelques commerces alésiens, un appel à acteurs. Tous les rôles ont ainsi été pourvus.

Reste à solutionner un problème, le lieu du tournage et là, il faut coller au scénario. "L'histoire se passe dans une prison du Fort Vauban à Alès. Lors d'une visite du patrimoine, un jeune homme se perd dans le Fort et se retrouve dans la prison où il va rencontrer des esprits et ainsi revivre le pire de la Seconde Guerre mondiale" précise Tom. Ainsi une demande d'autorisation de tourner à l'intérieur du Fort Vauban a été formulée auprès de la mairie d'Alès. Si sur le principe la demande semble avoir été validée, les élèves sont toujours en attente d'une confirmation pour pouvoir fixer les dates de tournage.

Les doigts tapotent sur la table, les genoux tremblent, le stress commence à se faire ressentir. Car les cinéastes en herbe doivent rendre leur projet à la mi-juin et les caméras n'ont pas encore enregistré une seule image. Puis il faut ensuite penser au montage... "Nous aimerions tourner le week-end du 11 et 12 mai ou du moins avant de partir au Festival de Cannes avec la classe du 20 au 24 mai." Ah le stress des artistes... On en reparle très vite.

Stéphanie MARIN

stephanie.marin@objectifgard.com

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité