Actualité générale.ActualitésPolitique

MORALISATION DE LA VIE POLITIQUE Le gouvernement dévoile son projet. Les Gardois s’emparent du débat.

Le Parlement.

 

Le Parlement.

L'affaire Cahuzac aura provoqué bien des retombées… Mardi prochain, les jeunes UDI organisent un débat, au café Le Jean Jaurès à Nîmes, sur le thème : moralisation et modernisation de la vie politique. Politiquement "ouvert", plusieurs intervenants de différents partis se mettront autour de la table : Julien Devèze (UDI), Jérôme Puech (PS), Jean-Paul Boré ancien communiste et porte-parole de l'association Tous pour Nîmes, ainsi qu'un intervenant UMP et FN, qui ne sont toujours pas connus à ce jour.

L'objectif est de réfléchir au système politique français, à ses lacunes, ses points forts et ses limites. "L'idée a bien sûr germé après l'affaire Cahuzac", reconnait Julien Deveze. Plus que favorable à une VIème République, ce dernier ajoute : "il faut travailler sur les questions de modernisation, sur la représentation nationale, le statut de l'élu…".

Le projet de loi du gouvernement. 

Ce matin, le projet de loi sur la moralisation de la vie politique, annoncé le 10 avril par François Hollande, a été présenté en conseil des ministres. Parmi les principales mesures, détaillées sur le site les Echos.fr : la publication du patrimoine des parlementaires; l'interdiction de certaines professions "pour prévenir tout conflit d'intérêt"; la création d'un "Parquet fiscal" compétent sur les affaires de fraudes fiscales…

Certaines de ces mesures provoquent une levée de boucliers, notamment de la part des députés PS sur la question de la publication du patrimoine. A la tête de la fronde, le président de l'assemblée nationale, Claude Bartolone. Le changement, c'est vraiment pour maintenant ?!

C.M

coralie.mollaret@objectifgard.com

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Articles similaires

3 commentaires

    1. tout à fait Monique ALFONSI, ceci explique aussi cela.
      Certains servent des intérêts privés et/ou leurs partis lorsque d’autres servent la France et les Français.

  1. Le non cumul des mandats pour ne pas tout chapeauter et la proportionnelle pour tout mieux contrôler par tous serait un grand pas vers + de démocratie.
    C’est aux électeurs de choisir leurs représentants. Ecarter telle ou telle profession n’est pas juste. Nous sommes tous citoyens de la république.
    Les partis qui excluent, ici les fonctionnaires, là, les ouvriers ou encore les chômeurs seront vite sanctionner par les électeurs.
    Pour combattre le rejet et l’abstention les élu(e)s doivent ressembler au peuple.
    Il faut effectivement réfléchir au statut de l’élu(e) pour assurer son indépendance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité