Actualité générale.Actualités

ALÈS La partie de bras de fer engagée dans le quartier des Cévennes s’exporte au conseil

Dès les premières minutes, Benjamin Mathéaud prend la parole sur le sujet du commerce, quartier des Cévennes. Photo DR/RM

Avec un ordre du jour réduit à minima et une séance matinale ce à 9h30 on pouvait s'attendre à un Conseil municipal expéditif ce lundi 6 mai à la veille de l'ouverture de la féria. Que nenni, dès le premier sujet soumis à délibération, en l'occurrence les subventions aux associations, l'ensemble de l'actualité alésienne qui fâche a été passée en revue par les deux leaders de l'opposition présents : Jean Michel Suau et Benjamin Mathéaud.

Premier sujet abordé, la partie de bras de fer engagée dans le quartier des Cévennes avec la responsable du bureau de Tabac qui a été soutenue sur place par les élus de l'opposition (voir notre article).  "C'est la première fois que je vois un maire agir contre les commerçants de sa ville" clame Benjamin Mathéaud qui dénonce "une attitude inqualifiable et scandaleuse du premier magistrat" et l'enjoint à "calmer les ardeurs du responsable de l'Office HLM et surtout de son directeur de cabinet, Christophe Rivenq" . Plus modéré dans son discours Jean-Michel Suau rappelle pour sa part "qu'il y a a nécessité de faire en sorte que la question d'un centre commercial soit posé dans ce quartier" et cela sans espérer une autre enveloppe de l'ANRU. "Dans le contexte actuel, je doute que cela soit possible", conclut-il.

Max Roustan ne répondra pas de suite à cette polémique car Jean Michel Suau l'entraînera sur une suite de questions comprenant pêle-mêle l'augmentation probable du cout de l'énergie pour l'Agglo, la dette de 1,4 M€ vis à vis du Syndicat départemental d'incendie et de secours (les pompiers du SDIS, ndlr) alors que par ailleurs la ville apporte des garanties financières  aux Fumades et investit dans des immeubles HLM à Bagnols, une polémique sur une éventuelle ségrégation dans le public d'Alès-Plage. Enfin, anticipant sur une délibération ultérieure, Jean Michel Suau, considèrera que la création d'une association alésienne "Toro Alès Cévennes" pour se substituer au délégataire "Tracorarte", "n'est qu'un moyen déguisé pour ouvrir à cette dernière un droit futur à demander des subventions..." Nombre de sujets sur lesquels nous reviendrons au fil de l'actualité.

Ce n'est donc qu'en fin de séance que Max Roustan répondra sur le sujet du quartier des Cévennes : "Madame fait de la politique . Il y avait dans le temps une brasserie qui faisait de la politique à Alès, on sait où cela l'a menée... Nous avons fait des propositions. A certains moments il y a des compromis qu'il faut savoir accepter. Quand à l'arrêt de bus, vous savez comme moi que les gens remontent le sens interdit. Je vous attends au virage quand il y aura un accident."

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité