A la uneActualitésCultureGard en Feria

NÎMES EN FERIA : Et ils sont où ? Et ils sont où ? Et ils sont où les anti-corridas ?

Paloma Nîmes. Marie Flore (Photo Yannick Pons)
D.R. G.L

Les taureaux qui ont combattu dans les arènes d’Alès le week-end dernier sont-ils si différents de ceux qui seront dans les arènes de Nîmes ce week-end ? Les taureaux nîmois sont-ils moins séduisants ? Moins vendeurs ? Moins symboliques pour la cause des anti-corridas ? Tout porte à le croire si l’on en juge par le peu de considération que manifestent les anti-corridas pour la Feria de Nîmes. A Alès, promettaient certains de ces mouvements, on allait voir ce qu’on allait voir. Au final, on n’a pas vu grand-chose si ce n’est des policiers contraints de sortir les bombes lacrymogènes pour calmer une poignée d’excités aux visages aussi rouges que le sang des taureaux qu’ils détestent tant voir couler. On a aussi vu la bêtise se matérialiser par des jets de pierres et de chaises sur des gardians camarguais qui n’avaient rien demandé à personne et qui ont eu, pour seul malheur, de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment.

A Nîmes, une semaine après, l’histoire se répétera-t-elle ? Il y a fort à parier que non. Aussi étonnant que cela puisse paraître, rien ou quasiment rien n’a été prévu par ces associations. Alors que les corridas de Nîmes sont certainement les plus réputées et les plus importantes de France, que la Feria attire près d’un million de visiteurs, comment les mouvements peuvent-ils passer à côté d’un tel événement ? Cela reste une énigme. Pour comprendre, nous avons joint par téléphone un représentant de la FLAC, la Fédération des Luttes pour l’Abolition des Corridas. Il reconnaissait ce jeudi matin : « A ma connaissance, je n’ai pas eu vent de manifestations et, nous, on soutient ce qui est entrepris ». L’alliance Anticorrida a bien prévu quelque chose mais l’événement est encore tenu secret… Un secret qui contraste avec les appels à la mobilisation entendus la semaine dernière. Enfin, le président du CRAC, le Comité Radicalement AntiCorrida, explique qu’il « ne peut pas multiplier les événements comme la semaine dernière et qu’il y aura à Nîmes une présence symbolique d’une dizaine de personnes », le samedi après-midi à la piscine Nemausa. Sans faire offense à nos voisins d’Alès, est-il logique de sortir l’armada pour la Feria d’Alès plutôt que celle de Nîmes ? Un afficionado, lui, a une explication bien plus simple : la peur. « Si les anti-corridas viennent à Nîmes, ils seront reçus. Ici, on est en terre taurine. Les anti-corridas l’ont bien compris ».

Tony Duret

tony.duret@objectifgard.com

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Articles similaires

17 commentaires

  1. La peur de la mafia taurine ? ….bien vieillissante d’ailleurs, tout le monde le constate. Si j’étais aficionado, je me poserai la question suivante, la seule qui mérite qu’on s’y attarde : « pourquoi ma passion, mon loisir suscite-il autant de rejet, de manifestations ? ».
    Bien sûr, pour qu’un sentiment d’autocritique, voire de malaise ou de honte puisse apparaitre, certaines zones du cerveau doivent être sollicitées, donc irriguées. Depuis Rodilhan, chacun a compris que celui qui peut maltraiter un animal peut maltraiter les humains, et donc que le sens de la raison et de la retenue est bien altéré chez le cerveau aficionado, tous leurs commentaires le confirment encore.

    A Nîmes, l’an dernier le 19 mai, des lettres géantes lumineuses « corrida abolition » ont été photographiées devant les arènes ; on a trouvé cela joli ; votre sens de l’esthétisme a dû aussi être sollicité, pas vrai ?

  2. une manif coûte cher et les organisateurs ne roulent pas sur l’or et n’ont aucune subvention donnée par les élus ni l’état, contrairement au millieu taurin.
    c’est la seule explication messieurs, ne cherchez pas à vous raccrocher aux branches en vous confortant mutuellement que tout va bien dans la corrida sanglante.
    Non, ne vous faites pas d’illusions vous êtes vieillissants et sordides et vous pratiquez des jeux de sang qui ne plaisent qu’aux voyeurs qui n’ont rien d’autre à faire de leur vie . Vous nous reprochez de ne pas nous occuper des autres misères,( alors que vous savez que nous allons vers toutes les souffrances) nous vous retournons la question : et vous, que faites-vous pour cette misère galopante …… vous en rajoutez! vous montrer du doigt d’autres horreurs pour tenter de vous dédouaner de la vôtre ; on ne fait pas un monde civilisé en restant dans l’immobilisme d’une tradition éculée et inculte. Vous ne trompez personne .

  3. Aïe, quel article orienté !
    N’y a-t-il que le mensonge pour défendre la corrida ?

    Quoi qu’il en soit, il y a déjà eu des manifestations sur Nîmes et jamais les anti-corrida n’ont été « reçus » par les aficionados, excepté évidemment quelques cas isolés comme une femme rentrant seule sur son parking.
    De plus, Alès me semble aussi être du coin des corrida, et les aficionados se cachaient. J’ai moi-même traversé la Féria en T-Shirt anti-corrida et personne ne m’a rien dit. Ah, oui, je suis un mec, c’est peut-être ça. Et puis surtout, les gens des Férias sont, pour leur grande majorité, loin d’être des tordus d’aficionados : ce sont des fêtards et c’est très bien.

    Alors dire que les Férias attirent des millions, oui c’est une chose. En attendant, les anti-corrida n’ont rien contre les Férias mais contre les Corridas, dont les arènes se vident de plus en plus (malgré la propagande sur les enfants, les handicapés, les quartiers pauvres et les touristes qui ne connaissent pas).

  4. Il n’y a en France aucune zone de non droit …euh …hormis là ou la loi qui interdit et punit de 2 ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende les sévices et cruautés sur les animaux, est bafouée…bafouée par une dérogation, un alinéa félon qui permet la corrida …Mais nous , citoyens de la civilisation , respectueux de la loi identique pour TOUS , nous y allons dans ces zones de non droit . Nous étions à Alès il y a une semaine pendant trois moments de loi bafouée , et nous sommes régulièrement et fréquemment à Nîmes …Et il n’est pas besoin de venir de loin, pour tenter de faire respecter la loi , sur place, des nimois, des gardois, veillent à remettre les pendules à l’heure …..

  5. j’avoue avoir été afioc jusqu’à l’année dernière ! depuis j’ai évolué et jamais plus je ne remettrai les pieds dans ces arènes qui me hantent jour et nuit ! j’entends encore les cris des taureaux et ce sang versé m’obsède !
    fini les corridas!
    je change de vie !!
    adieu monde cruel !
    je deviens sain !
    Dieu merci de m’avoir éclairé !

    1. Bonjour Etic, votre témoignage m’intéresse vivement. Serait-il possible d’échanger à ce sujet ? Si vous avez vent de ce message, merci de me contacter à temoignage30 (at)gmail.com. Au plaisir de vous lire très prochainement.

  6. Décidemment,il en faut peu pour vous faire parler les affics…pas la peine de se déplacer de loin comme la semaine derniére, à Ales ou nous étions plus de 4000:la pluie est tombée à seaux chez vous…
    Par contre si vous voulez de l’anti corrida sur Nimes, adressez vous donc à l’association Alliance Anti Corrida qui est sur place…
    Les autres ne peuvent pas étre partout non plus!

  7. Si les anti-corridas viennent à Nîmes, ils seront reçus. Ici, on est en terre taurine. Les anti-corridas l’ont bien compris … Non mais ils sont sérieux parce qu’ils pensent qu’on a peur d’eux? L’entrée de l’arène a Alès..; petit rappel: les afficiocs ont été fouillés trois fois, il a été vérifié si ils avaient des tatouages etc.. qui a peur de qui?
    En terre taurine? En terre de rien du tout oui !

  8. Bonsoir, j’apprécie particulièrement les intimidations du genre « si les anti-corridas viennent à Nîmes ils seront reçus » cela montre le niveau des afficionados !! la féria de Nîmes est une honte à bien des niveaux, les rues sont transformées en tonneaux à bière et le pastis coule à flots, l’on comprend alors combien la ville peut défendre cette orgie d’alcool qui doit rapporter gros !! il ne fait pas bon pour une femme de se promener dans les rues !! la grossièreté, la vulgarité de cette féria est scandaleuse mais l’argent n’est-ce pas !! je ne parle pas des fous de la corridas qui se croient tout permis dans les arènes et dans les rues, qui se repaissent de sang, de souffrance et de mort. La corrida, comme tout abattage rituel est une marque de la cruauté des hommes au nom de leurs croyances. Il est si facile de tuer des animaux !! je me demande toujours ce qu’ils ont bien pu faire aux humains pour être traités de la sorte !! Un jour peut-être arrêterons-nous les massacres envers eux et peut-être que les hommes commenceront ainsi à regarder leurs frères humains avec plus de bienveillance car qui tue sans empathie est capable de tuer animaux humains comme animaux non humains.. l’empathie, voila ce qui manque cruellement aux officionados, ce qui est très inquiétant !!

  9. Et ces pauvres moules qui viennent de périr par milliers pendant la braderie de Lille ?
    Ces pauvres moules dont les restes sont négligemment jetées sur les trottoirs, sans un geste de compassion ?
    Ces pauvres moules ébouillantées ?
    Ces petits êtres vivants qui n’ont pas la possibilité de se défendre !
    Qui va lutter contre le massacre des moules pendant la grande braderie de Lille ?
    Qui va monter une association de défense de la moule ?

  10. Très belle article est tellement réaliste. Ils peuvent venir avec un mini bus de 8 personnes au moins ils pourront ce vanter d’avoir un bus à guichet fermé….lol

  11. Faut-il que les aficionados soient bien inquiets pour ressortir un article de 2013. Cela dit ils ont bien raison car les aficionados se font vieux et le rejet de la barbarie tauromachique a même gagné l’Espagne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité