A la uneActualité générale.Actualités

HANDICAP Des lunettes de vision enrichie à l’étude à l’Ecole des Mines d’Alès

DSCF7357
P. Baconet (Mission Handicap Sopra Group), J.C Salvagnac (Sopra Group), B. Goubet (Ecole des Mines) et le Dr Lapierre (Aramac) réunis à Alès les 25 février pour la signature de la convention sur le projet scientifique AUREVI Ph. DR/RM

A en croire le docteur Camille Lapierre, qui dirige l'institut de réadaptation fonctionnelle de la basse vision et de la cécité, ARAMAV à Nîmes, "ce qui gène le plus les mal-voyants au travail ce n'est pas la lecture (il y a des appareils ou des méthodes pour la faciliter) mais bien d'être dans d'impossibilité de se déplacer et plus encore celle de ne pas pouvoir percevoir les réactions, la gestuelle ou les mimiques de leur entourage". C'est en partant de constats comme celui là qu'une équipe de chercheurs de la région, en particulier Michel Dumas pour l'ARAMAV et Isabelle Marc pour l'Ecole des Mines d'Alès se sont interrogés sur les moyens d'améliorer la mobilité des personnes malvoyantes selon les pathologies et notamment les rétinites pigmentaires, glaucomes ou syndromes de Usher. Leur projet, baptisé AUREVI et développé sur trois années a pour objectif la réalisation de de lunettes de vision enrichie visant à apporter une réponse à plusieurs types de problèmes rencontrés par les malvoyants dans leur vie de tous les jours et en particulier dans leur activité professionnelle.

C'est à ce stade que le projet rejoint la préoccupation majeure de la "Mission Handicap" de Sopra Group, l'un des acteurs majeur du conseil, des services technologique et de l'édition de logiciel, dans le cadre de sa politique d'accompagnement aux projets innovants en faveur du handicap. En apportant quelque 100.000€ de fonds annuel sur trois ans et ses compétences pointues en matière de systèmes embarqués, Sopra Group représenté par Jean Christophe Salvagnac, directeur de la région Sud-Est rejoint l'ARAMAV et l'Ecole des Mines au travers d'une convention tripartite signée ce mardi 25 juin à Alès. "Tant il est vrai qu'il n'y a pas de projet de recherche possible sans partenaire industriel et financier qui nous assure de sa compétence" commentait Bruno Goubet, le directeur de l'école de mines d'Alès.

Et les intéressés ? Si l'on ne possède pas de chiffres et de statistiques sur le handicap visuel au travail, une première étude de marché estime  à 27.000 le nombre d'unités en France pour les personnes entre 20 et 60 ans. 72% des personnes interrogées émettent des avis positifs sur cet équipement unique, qui nécessitera pourtant une rééducation à l'interface et sont prêt à le payer.  Le reste juge tout simplement impossible une telle avancée technologique qui vise a remplacer la vision par des images vidéo corrigées projetées sur la face interne de lunettes noires !

DSCF7356
Les chercheurs Isabelle Marc et Michel Dumas à l'origine du projet scientifique AUREVI. Photo DR/RM

Raphaël MOTTE

raphael.motte@objectifgard.com

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité