A la uneActualitésFaits DiversJustice.Polémique.PolitiquePolitique.

JUSTICE En appel, Julien Sanchez croit toujours à un procès politique. L’avocat général demande la confirmation des peines

Devant ses soutiens, Julien Sanchez accompagné de son avocat Maître Wallerand de Saint-Just
Devant ses soutiens, Julien Sanchez accompagné de son avocat Maître Wallerand de Saint-Just

On prend les mêmes et on recommence. Ce matin, Julien Sanchez était jugé, à sa demande, devant la Cour d’Appel de Nîmes. Et à quelques exceptions près, l’audience était une resucée de celle du 18 janvier dernier, en correctionnelle. Les faits n’ont pas changé : le jeune conseiller régional du Front National qui peut, s’il aime les honneurs, désormais ajouter sur sa carte de visite qu’il est également directeur de la publication de son propre compte Facebook, a laissé passer sur son mur Facebook des propos qui incitent à la haine ou à la violence (relire ici). Des propos tenus par deux « amis » virtuels qui ont été condamnés en première instance à 4 000 euros d’amende dont 3 000 avec sursis et qui ont choisi de ne pas faire appel. Faut-il y voir une acceptation de la peine ou de la résignation ? Maître El Baz, l’avocat de la partie civile qui représente la compagne de Franck Proust, Leïla Tellaa, tranche : « Je constate que les deux prévenus ont très bien compris le sens de la condamnation ».

A la barre ce matin, en costume gris, le troisième accusé, celui qui n’a pas compris. Comme lors de la première audience, Julien Sanchez, qui avait été condamné à 4 000 euros dont 1 000 avec sursis, ne voit dans ce procès qu’une manœuvre politique qu’il n’hésite pas à souligner aux magistrats et à la présidente Marie-Christine Greiss : « Aujourd’hui, je suis face à mes deux adversaires politiques aux cantonales », parvient-il à glisser avant de plaider sa cause : « Je n’ai pas vu ces messages parce qu’à l’époque, je parcourais la France avec Marine Le Pen dont j’étais l’attaché de presse. Je travaillais plus de 100 heures par semaine. Et je n’ai pas d’assistant personnel contrairement à Mme El Baz ou M. Proust ». La présidente rebondit : « Vous n’êtes pas curieux quand même ! Il aurait été logique que vous alliez faire un tour sur Facebook. Lorsqu’on est une personnalité politique, on fait attention, non ? » Sanchez, rompu aux débats, répond aussitôt : « On ne va pas me reprocher de ne pas passer ma vie sur Facebook. Et puis, je n’ai pas eu connaissance des propos avant leur diffusion. Dès que j’en ai eu connaissance, j’ai agi avec promptitude pour les retirer ».

Leïla Tellaa, partie civile, avec son avocat Maître El Baz
Leïla Tellaa, partie civile, avec son avocat Maître El Baz

Maître El Baz fait la moue : « Pourquoi s’il n’a pas le temps de s’occuper de son profil Facebook en a-t-il créé un second ? », interroge l’avocat. L’avocat général, Yolande Renzi, n’est pas plus convaincue par la supposée bonne foi du conseiller régional du FN : « Il n’a pas suffisamment agi avec responsabilité. Il n’a pas mis assez de moyens pour contrôler. Je vous demande la confirmation de la peine ». Décision le 18 octobre prochain.

Tony Duret

tony.duret@objectifgard.com

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Vous aimeriez aussi

6 réactions sur “JUSTICE En appel, Julien Sanchez croit toujours à un procès politique. L’avocat général demande la confirmation des peines”

  1. Julien Sanchez responsable Front National a été face a une cour qui d’une demie-oreille écoutait les propos de ce dernier pour lui ressortir les arguments déjà entendus du fait de sa responsabilité qui n’a pas été réellement démontrée par des faits. Julien Sanchez ne va pas plier … Le Front National progresse il fait peur ….

  2. Ou étaient la LICRA, SOS Racisme, Abdallah Zekri…?
    -absents, tous, et pour cause…
    Seule Leïla Tellaa, compagne de Franck Proust (UMP) et complice de maître EL BAZ (PS) est sur le coup…comme par un hasard dans lequel plus personne ne croit.
    Un kiss qui tourne la justice en ridicule.

  3. Le gars affirme avoir retirer les commentaires dès qu’il en a eu connaissance et ça n’empêche pas l’avocat général de dire qu’il n’a pas agi avec responsabilité. Il aurait dû faire quoi pour qu’il soit suffisamment « responsable » ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité