A la uneEconomieSantéSociété

FAIT DU JOUR Un dernier tour à la braderie du cœur

Braderie du Secours Populaire
Braderie du Secours Populaire

Depuis hier matin et jusqu’à ce soir, la braderie d’automne du Secours Populaire ouvre ses portes à la salle des Costières à Nîmes. Deux jours durant lesquels trente bénévoles accompagnés de quinze stagiaires du lycée Gaston Darboux de Nîmes accueillent les familles en difficulté, les personnes seules, des jeunes, des retraités… « Il y a toutes sortes de personnes, confirme Véronique Marcon, la responsable de l’initiative. Hier matin, pour l’ouverture, on a vu plus de 200 personnes affluer. Beaucoup parmi elles se sont ruées sur les produits d’hygiène ».

Ici, le maître-mot est solidarité. Et pour venir en aide à ces personnes dans le besoin, les prix ont été sérieusement revus à la baisse. Véronique Marcon explique : « Tous ce que vous voyez ici est neuf. Rien n’a été porté. Les produits proviennent de chez nos partenaires comme Carrefour, Maison du Monde, Monoprix ou Eminence. Et nous avons divisé les prix au moins par deux. Parfois c’est beaucoup plus ». Pas besoin d’aller bien loin pour trouver de sacrées affaires. Un paire de sandales à 8 euros dans le commerce se retrouve ici à un euro. Pour cette braderie comme pour l’ensemble des autres actions, tous les bénéfices sont reversés pour de futures actions comme les journées des oubliés des vacances qui permettent chaque année à des milliers d’enfants de partir en vacances. « Les années précédentes, on récoltait entre 30 000 et 40 000 euros environ mais j’ai le sentiment qu’on sera en dessous cette année. Il y a moins de monde que d’habitude ». Même si les produits d’hygiène sont tous partis comme des petits pains, il reste encore de nombreuses bonnes affaires : portefeuille à un euro, chemises à 4-5 euros ou des ceintures à un euro. Plus insolite, on peut même trouver une luge à un prix imbattable : 2 euros !

La braderie du Secours Populaire se tient toute la journée, de 9h à 17h, à la salle des Costières.

Tony Duret

tony.duret@objectifgard.com

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité