A la uneActualité générale.Actualités

FAIT DU JOUR Cigarette électronique : une idée fumeuse… ou pas ?

Bruno a ouvert sa boutique "e-smooking" en mai dernier. Photo DR/EB
Bruno a ouvert sa boutique "e-smooking" en mai dernier. Photo DR/EB

Les boutiques dédiées aux e-cigarettes fleurissent à Alès. Alors que le tout premier magasin a vu le jour l'année dernière, ils sont aujourd'hui au nombre de cinq à proposer un produit en plein boom.

"C'est un marché qui marche très bien", glisse François, installé depuis cet été derrière une vitrine offrant un vaste choix de possibilités pour permettre désormais aux fumeurs de "vapoter". Et les magasins commercialisant les cigarettes électroniques peuvent souffler : le parlement européen a décidé ce mardi 8 octobre de ne pas faire de ce produit un médicament. Sa mise en vente ne sera donc pas réservée exclusivement aux pharmacies. Une nouvelle qui réjouit Bruno, un commerçant qui a ouvert sa boutique "e-smooking" en mai dernier : "En pharmacie, le produit n'aurait pas été accessible et les utilisateurs seraient revenus à la cigarette classique". Quand François et Bruno reçoivent un client dans leurs magasins respectifs, tout deux prennent le temps de déterminer le produit qui sera le plus adapté à la demande du fumeur. "Selon si la personne souhaite réduire ou arrêter de fumer, nous calculons la dose de nicotine à lui attribuer en fonction de ce qu'elle absorbe habituellement. Nous diminuons ensuite ce dosage petit à petit", explique François. Efficace, cet aide au sevrage tabagique ? "Oui, puisque même les médecins conseillent à leurs patients d'essayer cette méthode", répond Bruno. Sur les préconisations ou non de leur généraliste, les fumeurs sont de plus en plus nombreux à arborer autour du cou leur nouveau "joujou" qui, selon Bruno, "n'en ai pas du tout un. C'est une invention géniale qui permet réellement d'arrêter de fumer avec beaucoup plus de facilité que d'un coup sec. Quand je vend un produit, j'ai le profond sentiment de contribuer à aider les gens". Si la e-cigarette peut être considérée comme "une solution" pour arrêter de fumer, d'autres avantages lui dore son blason : "Son utilisation coûte moins chez que l'achat de paquets de clopes. Quelqu'un qui fume un paquet par jour va dépenser environ 210 € pour un mois. Ce coût est ramené à 40 € si ce même consommateur adopte la cigarette électronique", indique Bruno. Sa clientèle serait d'ailleurs composée pour 70 % de fumeurs qui souhaitent avant tout économiser. Les 30 % restants, eux, souhaitent en retirer un gain pour la santé.

La cigarette électronique arbore différents modèles. Photo DR/EB
La cigarette électronique arbore différents modèles. Photo DR/EB

"Un marché irréversible qui va, à moyen terme, anéantir celui du tabac"
Toujours d'après Bruno, "les consommateurs vont être de plus en plus nombreux à utiliser la e-cigarette car l'offre va évoluer et sera de plus en plus reconnue par la médecine et par l'Etat, dès qu'ils auront taxé le produit. Sur le moyen terme, les frais médicaux liés aux maladies développées par les fumeurs vont diminuer et c'est la Sécurité sociale qui sera gagnante !"  Composée de 4 000 substances chimiques, la cigarette classique tue chaque année en France 73 000 personnes. Selon François, "la cigarette électronique est 100 à 1 000 fois moins dangereuse que la cigarette". Dans son magasin, six variétés de tabac et de nombreuses saveurs gourmandes sont proposées, pour le plaisir des vapoteurs. Arôme tiramisu, barbe à papa ou bien red bull, il y en a pour tous les goûts. Même si le fumeur en a fini avec le tabac, il peut ainsi garder "le geste", difficile à abandonner pour certains... D'autant que "quand on passe au parfum, on ne peut plus revenir au tabac", conclut Bruno. La e-cigarette, effet repoussoir garanti ?

Elodie BOSCHET
elodie.boschet@objectifgard.com

 

 

Etiquette

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

2 réactions sur “FAIT DU JOUR Cigarette électronique : une idée fumeuse… ou pas ?”

  1. La cigarette electronique est un objet incroyable. Jadis gros fumeur, j’ai commencé à vapoter il y a six mois et j’en suis déjà à un taux de nicotine de 6 mg/ml ! (le minimum juste avant le 0% de nicotine). C’est une bonne chose que les boutiques se multiplient à Alès mais leur apparition a été si rapide (à Alès comme dans toute la France d’ailleurs) qu’on peut logiquement se demander si elles pourront toutes maintenir leur activité. En tous cas, je recommande la cigarette electronique car elle ne contient pas les 4000 additifs dangereux du tabac, elle ne produit pas de combustion (goudron et monoxyde de carbone) et vous retrouvez à la fois le « hit », la saveur, la vapeur (fumée) et le geste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité