Actualité générale.ActualitésPolitique

NÎMES 2014. Second tour : Jean-Paul Boré a rencontré cet après-midi la candidate PS Françoise Dumas

D.R/Montage C.M
D.R/Montage C.M
D.R/Montage C.M

Le compte à rebours est enclenché pour les trois candidats de gauche à Nîmes… Demain à 18 heures, ces prétendants devront déposer leur liste pour le second tour. A gauche, c'est la députée socialiste Françoise Dumas qui est arrivée en tête de ce premier tour, hier soir, avec 14,73 % des voix. Elle est talonnée par la candidate Front de Gauche Sylvette Fayet et ses 12,04 %. Jean-Paul Boré tête de liste de l'association Tous Pour Nîmes a fait quant à lui 9,21 %. Si ce score ne lui ouvre pas les portes du second tour, il n'est pas négligeable pour la candidate PS, désireuse d'occuper le fauteuil de maire de Nîmes.

Alors, durant ces deux jours, l'heure est aux négociations. Ce midi, l'ensemble des colistiers de Jean-Paul Boré se sont réunis pour conditionner leur ralliement à Françoise Dumas : "accepter la logique de notre programme axé essentiellement sur le développement économique et touristique de la ville (…) appliquer une charte éthique aux élus (…) accueillir sur sa liste une dizaine de candidates de Tous Pour Nîmes dont trois dans les 10 premiers et trois de plus dans la majorité en cas de victoire". Un peu plus tard, une rencontre entre Sophie Carrière, présidente de TPNA et une équipe socialiste s'est déroulée pour faire part de ces conditions.

La candidate socialiste doit encore composer avec Sylvette Fayet qui, avec son score, est en capacité de se maintenir au second tour. " On est une force incontournable. Nous sommes là pour battre la droite" avait réagit à chaud la communiste, tout en assurant  : "je ne braderai pas ma liste. Nous ne lâcherons rien !”. L'alliance est le seul moyen pour la gauche de remporter la bataille du second tour où s'affronteront un poids lourd de la droite locale, le maire sortant Jean-Paul Fournier (37% au premier tour, NDLR) et le frontiste Yoann Gillet (22% au premier tour, NDLR) plus que jamais déterminés à faire le plein de voix durant cet entre-deux-tours.

Coralie Mollaret

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Articles similaires

7 commentaires

  1. Jean-Paul Boré s’est présenté au premier tour comme un candidat sans étiquette, plutôt épris de pragmatisme que d’idéologie.
    A ce titre, il a recueilli des voix provenant de différents horizons.
    Son ralliement à une liste d’union de la gauche briserait cet élan, et ce serait dommage.
    D’ailleurs, rien de permet d’affirmer qu’il serait suivi dans cette direction.

    1. Où est l’avenir de TPNA et de Jean-Paul Boré ?

      C’est bien là toute la difficulté de faire de la politique !

      Faut-il s’allier avec des gens dont on doute fortement de la capacité à faire autre chose que ce qu’ils ont déjà fait par le passé quand ils détenaient les clés de Nîmes ?… Avec, en plus, la désagréable réalité que sans triangulaire avec le FN, rien n’est possible et que, quand bien même, les espoirs sont faibles.

      Où faut-il d’ores et déjà préparer d’autres échéances en restant fidèle à son projet sur le long terme avec des citoyens de tous horizons ?

      J’avoue que les choix ne sont pas simples…

  2. Françoise Dumas Maire, je rève. Restons sérieux, comment cette dame espère t elle gérer la ville avec les 2 autres candidats. Ils ne s’aiment pas, n’ont pas le même programme, n’ont pas la même vision de la ville. Madame Dumas va devoir renier ce qu’elle a dit depuis des années. Une seule chose les unis : battre la droite, quel programme pour les 6 prochaines années. On a déjà connu ça avec Clary on a vu ce que ça a donné : rien. On a vu ça lors de la précédente élection présidentielle où c’était tous contre Sarko : résultat rien. Ne recommençons pas les mêmes erreurs. Ç´est bien beau de s’unir pour voter contre quelqu’un ,mais après il faut gérer pendant 6ans. C’est déjà pas facile quand on s’entend et qu’on est capable de gérer une grande ville, mais quand on ne s’aime pas comme à gauche et qu’on est une incapable comme Dumas, Fayet et Boré, la gestion quotidienne relève de la science fiction. Au 2nd tour votons tous pour FOURNIER. Une équipe unie qui a montré ses capacités, à transformé cette ville et propose le seul projet réaliste, chiffré, solide et sérieux.

    1. Fournier a surtout montré sa capacité à s’entêter sur des projets mal foutus et dispendieux qui sont chers au départ et encore plus chers à l’arrivée quand il faut corriger toutes les anomalies administratives et les erreurs de conception et d’impact sur la vie des nîmois (voir dram’bus, Feuchères, Ecusson).

      Son « grand projet » de musée de la romanité va constituer l’apothéose de cette politique.

      Les mêmes causes produisant les mêmes effets, Nîmes ne peut que craindre le pire !

  3. La gauche doit mettre ses égos dans sa poche pour espérer caresser l’espoir de pouvoir l’emporter. elle doit se rassembler sans condition. Il en va de l’intérêt général de cette ville. Sans cela Fournier et ses amis vont montrer leurs vrais visages après 13 ans d’échecs. Être condamne pour trafic d’influence ne gêne pas le maire sortant. Il a encore le toupet de nous faire croire qu’il fera ce qu’il n’a pas fait en 13 ans. Votons pour la gauche dans l’intérêt réel et sérieux des Nîmois.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité