Actualité générale.ActualitésMunicipales 2014.PolitiquePolitique.

NÎMES 2014. Second tour : le dilemme des électeurs de Jean-Paul Boré…

D.R/Photo d'illustration.
D.R/Photo d'illustration.

A la mi-journée au sein de sa permanence, la tête de liste TPNA Jean-Paul Boré, qui n'a pas réussi à trouver un terrain d'entente avec le PS, a donné cette consigne de vote : "pour dimanche, chacun ira voter comme il le souhaite“. Après le discours du candidat, vient au tour des  colistiers de prendre la parole pour exposer leur point de vue. Il y a d'abord quelques déçus qui, amers, aspirent à faire un tract pour "dénoncer la politique du PS". D'autres entendent porter coûte que coûte le flambeau TPNA jusqu'au bout de ce deuxième tour : "nous n'avons cas nous abstenir, voter blanc… Sinon on peut écrire Boré sur un vote blanc et le mettre dans l'urne". "Allons, cela pourrait nous porter préjudice", répond du tac au tac un colistier. "Et puis le vote blanc est comptabilisé comme un vote nul", réagit un autre.

Bernard
Bernard

 Bernard Auzon-Cape se positionne

Dans le foule, Bernard Auzon-Cape, conseiller général dans la majorité socialiste, prend la parole : "bon, je tiens d'abord à dire que je suis fier d'avoir participer à cette aventure. C'est dommage que nous n'avons pas réussi à nous rassembler avec le PS, mais si je peux me permettre et cela n'est que mon avis c'était un petit peu trop de demander l'agglomération. Enfin, je pense que la position que vous affirmez peut-être interprétée par les Nîmois comme venant apporter du grain à Jean-Paul Fournier. Moi, mon objectif reste le même c'est battre la droite". La réponse de Jean-Paul Boré ne s'est pas faite attendre : "merci de ta franchise, ce que tu dis est respectable et on doit te respecter".

Au fil des interventions, le dilemme auquel sont confrontés ses 9% d'électeurs nîmois ne tarde pas à pointer le bout de son nez : " il faut dire que ce qui nous rassemble, c'est quand même que nous étions contre la politique de Jean-Paul Fournier, alors si on ne vote pas Dumas, parce que nous dénonçons cette politique de "tripatouillage" on vote pour qui ?". Dans la triangulaire du second tour, le troisième choix à Nîmes est le Front National. Un parti qui horripile profondément la liste TPNA. Alors, ne pas voter ou voter blanc donnerait aussi "du grain" au candidat frontiste Yoann Gillet. De quoi plonger certains électeurs dans un dilemme cornélien…

 

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

3 réactions sur “NÎMES 2014. Second tour : le dilemme des électeurs de Jean-Paul Boré…”

  1. La liste TPNA s’est présentée sans étiquette… dont on sait parfaitement qu’elle est de sensibilité de gauche… mais pas seulement.

    La meilleure solution, si l’on veut rester dans cette dynamique, est de laisser aux citoyens responsables qui composent cette nouvelle force le choix, en toute conscience, de leur vote au second tour.

    Imposer une consigne aurait été, au bout du compte, contraire aux objectifs affichés… Et chacun sait q’une très grande majorité votera à gauche… même si c’est avec un enthousiasme à la hauteur de la déception !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité