A la uneActualitésAutres Férias.CultureGard et Ailleurs.

TORO SEPT Troisième corrida de la Feria d’Arles. José María Manzanares quatre oreilles, Juan Bautista une oreille

Juan Bautista
Juan Bautista

Troisième corrida de la Feria. Après-midi chaud puis frisquet vers les 18 heures. No hay billetes. 6 toros de Domingo Hernández correct de présentation, d’un poids moyen de 530 kilos, donnant du jeu, parfois provoquant quelques difficultés.

Julian Lopez "El Juli" face au noble premier, effectue de beaux mouvements de cape, notamment un quite par chicuelinas. Ensuite, il construit une faena à la mesure de son opposant qui détenait des signes de faiblesse ! Dominateur, il demande beaucoup au toro par son temple. Son toréo millimétré le range dans la catégorie des toreros scientifiques. Avec la muleta, il démontre son savoir surtout par de belles passes aidées par le haut, des tricheras et des naturelles. Au final, une estocade entière contraire. Silence.

Juan Bautista débute sa faena par des doblones face au second toro. Un animal à la charge inconstante, qui humilie, puis petit à petit, alourdi, reste sur la défensive et devient dangereux, cherchant à accrocher le maestro. Poderoso, l’arlésien se grandit et conclut d’une estocade entière en bonne place. Oreille après aviso.

Jose María Manzanares en préambule devant le 3ième toro, donne des véroniques allurées et cadencées à un animal noble et encasté. Muleta en mains, il exécute une tauromachie profonde, d’une pureté exceptionnelle. Son talent lui permet de lier des séries de muletazos templés, rythmés et dominateurs. Sa gestuelle est remarquable, il termine son chef d’œuvre d’un coup d’épée magistral al recibir. Deux oreilles.

Le quatrième toro s’avère compliqué et gêne El Juli quand il déplie sa cape. Peu à l’aise devant un animal retors qui se défend d’une manière déficiente, le madrilène écourte sa faena, ce qui n’est pas du goût du public et provoque quelques sifflets des tendidos. Une estocade entière, tombée pour finir. Silence.

Avec une larga cambiada à genoux, Juan Bautista reçoit le cinquième toro. Toujours, genoux en terre, Il poursuit son travail à la cape par des véroniques élégantes. Une revelora termine la série. Avec le drapelet, Juan Bautista avec décision dessine une faena dominatrice par son temple à un animal brave et noble de Domingo Hernández. Sa faena variée se termine par des manoletinas qui plaisent au public. Au final, il ajuste son toro d’une estocade quasi entière et perd l’oreille à cause d’une mauvaise utilisation du descabello. Silence après deux avisos.

Avec simplicité, Jose María Manzanares démontre une nouvelle fois l’étendu de son talent face au 6ième et dernier toro de la corrida. Manzanares, accomplit une nouvelle fois une faena importante ou prime la quiétude, la sérénité, l’immobilité, le calme et la douceur avec un toro dans la lignée de ses congénères. Une belle estocade signe sa remarquable prestation. Deux oreilles

Christian Cartoux

 

El Juli
El Juli

Etiquette

Christian Cartoux

L'univers taurin et l'actualité Gardoise autour des aficionados, c'est ce que je vous propose de découvrir dans mes papiers, ouvrez l'oeil.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité