A la uneFaits DiversFaits divers.

NÎMES EN FERIA Première nuit, premières alcoolémies…

Contrôle routier pendant la feria. Photo Tony Duret / Objectif Gard
Contrôle routier pendant la feria. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Cette  nuit,  sur  un  contrôle  routier,  47  personnes  ont  été  contrôlées positives à l’alcool. L’an dernier, le même soir, elles étaient 26…

4 heures du matin, ce vendredi 6 juin. Les bodegas ferment leurs portes. Les rues de Nîmes se vident peu à peu. C’est l’heure de rentrer chez soi. C’est également l’heure que les gendarmes et policiers redoutent. Chaque année sur les routes de la ville, alors qu’ils ne se cachent plus, ils interceptent des automobilistes qui roulent avec des taux d’alcoolémie bien supérieurs à la limite autorisée.

A hauteur du rond point Nîmes-Ouest, celui de l’autoroute à deux pas de Carrefour, une dizaine de gendarmes et policiers ont installé un point de contrôle dans le sens centre-ville – Route de Montpellier. Les deux voies du boulevard sont bloquées et chaque voiture qui circule sur cet axe est arrêtée. Le dispositif est le même sur trois autres secteurs de la ville. "Le dispositif est plus proche de l'épicentre de la feria que les autres années. Le but est de faire en sorte qu'aucun automobiliste qui a bu ne nous échappe", explique le Colonel Pierre Poty, présent avec ses hommes sur le terrain à cette heure matinale.

Laure Beccuau, procureur de la République de Nîmes, est à ses côtés. Ferme, elle rappelle que la justice ne fera pas de cadeaux aux chauffards :"Une permanence judiciaire est dédiée à la feria et des dates d'audience sont réservées afin d'apporter une réponse pénale sous dix jours". Ceux qui auraient consommé des stupéfiants n'ont pas été oubliés : "On a fait appel à deux laboratoires qui nous communiqueront les résultats en moins de 72 heures", ajoute Laure Beccuau.

Contrôle routier pendant la feria. Photo Tony Duret / Objectif Gard
Contrôle routier pendant la feria. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Malgré tous les efforts déployés chaque année, toutes les mesures de prévention (tentes de la Croix Rouge, dispositif de prévention sur le parking du stade des Costières) et toutes les mesures dissuasives, les chiffres ne baissent pas. En moyenne, 400 personnes ont été contrôlées positives ces dernières années mais la nuit de jeudi à vendredi a de quoi raviver les inquiétudes : 47 personnes ont vu l'éthylotest leur jouer un mauvais tour. L'an dernier, ce même premier soir de feria, ils étaient 26. Parmi les 47 automobilistes, 19 ont un taux délictuel soit supérieur à 0,8g/l. Le recordman de la soirée a été pris avec 1,68g soit plus de trois fois le taux autorisé. Il risque un suspension de permis d'au moins six mois jusqu'à trois ans. En cas de récidive, c'est l'annulation immédiate du permis. Soit le prix de la sécurité sur les routes de Nîmes.

Tony Duret

tony.duret@objectifgard.com

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Vous aimeriez aussi

1 commentaire sur “NÎMES EN FERIA Première nuit, premières alcoolémies…”

  1. Vive la Féria ! C’est sûr, faut pas être un chauffard, mais ils nous ramènent chez nous les flics si on a trop bu ? ou Mme Beccuau peut-être ? Je sais, faut pas boire ou rester sur place… Ca ressemble à une embuscade cette histoire. Autant pas faire la Féria si c’est pour avoir des problèmes avec les « forces de l’ordre ». Bravo, un chauffard de moins sur la route.

    pfff et il nous coute combien ce dispositif ? Et s’ils utilisaient ce fric pour mettre des taxis à disposition pour nous rentrer tranquille, franchement ca serait pas plus malin ? Je comprends qu’ils ont du bien réfléchir avant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité