A la uneActualité générale.Actualités

ALÈS Carte des quartiers prioritaires : les élus des communes exclues lancent une pétition

Jean-Michel Suau, hier après-midi, entouré des représentants des communes exclues par la nouvelle carte de la politique de la ville.
Jean-Michel Suau, hier après-midi, entouré des représentants des communes exclues par la nouvelle carte de la politique de la ville.

Dans la nouvelle carte des quartiers prioritaires de la politique de la ville, dix communes du bassin d'Alès sortent du dispositif. Les élus concernés par ces choix diffusent une pétition pour que leurs territoires soient réintégrés.

Molières-sur-Cèze, Bessèges, Saint-Florent-sur-Auzonnet, Rousson, Saint-Julien-les-Rosiers, Cendras, Les Salles-du-Gardon, Salindres, Saint-Martin-de-Valgalgues et Saint-Christol-lès-Alès ne bénéficieront plus, à compter du 1er janvier 2015, du dispositif d’aides proposé par le Ministère de la ville. Hier après-midi, les représentants de ces communes ont remis au sous-préfet d'Alès, François Ambroggiani, une pétition réclamant le maintien de leur territoire dans la carte des quartiers prioritaires.

"La nouvelle politique de la ville exclut des communes avec des taux de précarité très importants pour intégrer des villes comme Uzès ou Anduze. C'est inacceptable, surtout lorsque le Ministère de la Ville dit vouloir se concentrer sur la ruralité", déplore Jean-Michel Suau, vice-président du Conseil général, délégué à l'action sociale. À Alès, les quartiers des Prés-Saint-Jean et des Cévennes restent dans le dispositif. Idem pour La Grand-Combe. "Les situations économiques de ces secteurs sont les mêmes qu'à Molières-sur-Cèze, qui en sort !" s'insurge le conseiller général.

Pour Yannick Louche, maire de Cendras, ces nouvelles mesures "sont le résultat d'un mode de calcul inéquitable, basé sur un échantillon (division du territoire en carreaux de 200 mètres par 200 mètres, Ndlr) qui n'est pas représentatif de la pauvreté de la population". Cette méthode, selon lui, ne prend pas non plus en compte "la capacité de la commune à répondre aux besoins des habitants et met en péril certaines structures associatives".

Mardi prochain, une délégation composée d'élus - et vraisemblablement des députés du Gard Fabrice Verdier et William Dumas -, devrait être reçue au Ministère de la Ville pour faire part de ses inquiétudes.

Lire aussi

BASSIN D’ALÈS 4 centres sociaux menacés par la nouvelle carte de la politique de la ville

Elodie Boschet

 

 

Etiquette

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité