Actualités

FRATERNITÉ Françoise Dumas : « La fraternité fournit aux citoyens la chaleur collective pour lutter contre l’égoïsme »

La députée PS Françoise Dumas.
La députée PS Françoise Dumas.

Toute cette semaine, Objectif Gard se met aux couleurs de la fraternité. Dans cette période trouble, après les attentats de janvier dernier et la montée des extrêmes de tous bords, la Rédaction se mobilise, chaque jour de la semaine, pour vous livrer des reportages aux quatre coins du département au cœur de la fraternité gardoise.

Chaque soir, à 19h, des personnalités gardoises livrent leur définition de la fraternité et du vivre ensemble. Ce soir, c'est la Députée du Gard, Françoise Dumas qui s'essaie à l'exercice :

"La République a besoin d'idéal pour vivre, c'est pourquoi j'ai proposé en 2013 l'amendement qui a rendu obligatoire l'inscription de la devise Liberté-Egalité-Fraternité, au fronton des établissements scolaires dans la Loi de Refondation de l'école. Par la fraternité particulièrement, la République répond au besoin de rassemblement qui est celui de tout homme et de toute femme. Sans elle, la vie en commun serait privée de sens et la liberté individuelle, sans ferveur. Ainsi, la fraternité est peut-être le troisième terme de la devise républicaine, mais il n’est pas qu’une bonne intention sans contenu. C’est le cœur même du projet républicain, car la fraternité fournit aux citoyens la chaleur collective pour lutter contre l’égoïsme. Elle est l’attention que l’on doit avoir pour la liberté et l’égalité de tous, en toute humanité."

Etiquette

Aline Samari

Culture, sorties, ... toutes les manifestations dans le Gard, c'est mon domaine. Alors, bougez pas, je m'occupe du reste.

3 réactions sur “FRATERNITÉ Françoise Dumas : « La fraternité fournit aux citoyens la chaleur collective pour lutter contre l’égoïsme »”

  1. « Le moment de la projection nous humanise, nous rend sensible à l’huma­nité du gangster, du prisonnier, du vagabond, de la prostituée, parce que nous voyons qu’ils sont capables d’amitié, d’amour, de souffrance, y compris les criminels. Nous voyons les êtres ­humains dans leur complexité et les gros plans de leurs visages appellent ­irrésistiblement notre sympathie. J’ai appris la fraternité dans La Tragé­die de la mine, le sens de la misère humaine et de l’exploitation dans L’Opéra de quat’sous. J’ai appris la possibilité de rédemption dans Le Chemin de la vie. J’ai appris au cinéma que le criminel n’est pas que criminel tout en étant criminel, et j’ai ressenti comment l’amour est le plus vrai sentiment de nos existences. » Edgar Morin, Chronique d’un regard. Il n’est pas nécessaire de parler de soi pour parler de fraternité…

  2. La république doit arrêter d’occuper des pays avec l’armée ou avec ses capitaux. Ce serait déjà un bon départ et ça éviterai les conneries. Le reste s’est du flan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité