ActualitésSociété

UZÈS École du Pont-des-Charrettes : les parents d’élèves écrivent une lettre ouverte aux uzétiens

Devant l'école du Pont-des-Charrettes (Photo d'archives : Thierry Allard / Objectif Gard)
Devant l'école du Pont-des-Charrettes (Photo d'archives : Thierry Allard / Objectif Gard)
Devant l’école du Pont-des-Charrettes (Photo d’archives : Thierry Allard / Objectif Gard)

En lutte depuis plusieurs semaines contre la fermeture de l’école publique du Pont-des-Charrettes décidée par le conseil municipal, les parents d’élèves de l’école écrivent une lettre ouverte destinée aux habitants de la cité ducale.

Dans leur missive, ils expliquent qu’ils « ne connaissent toujours pas les véritables motivations qui ont poussé le Maire à transférer la classe de Pont-des-Charrettes vers Jean-Macé à la rentrée prochaine. Le Maire ayant refusé de recevoir les parents pour leur donner les explications attendues, les parents, mais aussi les contribuables d’Uzès, sont toujours dans l’attente d’un certain nombre d’éclaircissements. »

« Le Maire est mal placé pour invoquer une vétusté »

Reprenant l’argument de la vétusté, avancé par la municipalité, les parents d’élèves notent qu’« aucune étude n’a été réalisée à cet égard : ni le degré de vétusté ni le coût de la mise en conformité du bâtiment n’ont été déterminés » et que quand bien même, « la loi fait obligation au Maire de mobiliser les moyens financiers au fil des années pour maintenir en bon état les établissements scolaires communaux : autrement-dit, le Maire est mal placé pour invoquer une vétusté et un éventuel problème budgétaire (non avéré) pour fermer ou transférer une classe alors que cette situation serait de sa propre responsabilité (surtout après 30 ans de mandature). »

Passant sur la question du terrain sur lequel est bâti l’école, donné en 1905 par Clémentine Boucarut à condition qu’y soit construite et maintenue une école, les parents d’élèves posent la question suivante : « que va devenir le terrain (et son école) si la condition imposée par la donation n’est plus respectée par la commune ? »

A cette question, ils répondent que « le droit civil nous indique que la donation est alors révoquée (même si elle date de plus de 100 ans) et le bien retourne aux éventuels héritiers du donateur ou à l’État s’il n’y a pas d’héritiers » avant de s’étonner que « la commune abandonne un bien lui appartenant alors qu’elle aurait pu le garder en sa possession avec un coût minime. »

« Nous déciderons d’éventuelles actions juridiques »

Les parents d’élèves demandent donc au conseil municipal et au maire Jean-Luc Chapon « pourquoi fermer une école qui a fait ses preuves et qui coute moins cher au budget de la commune qu’une petite fraction des subventions allouées chaque année en faveur des écoles privées ? » et « pourquoi abandonner un bien communal sans contrepartie ? »

Des questions auxquelles ils exigent « en tant que parents d’élèves et contribuables des réponses précises et argumentées » avant d’avertir qu’« au vu de ces réponses – ou de l’absence de réponses – nous déciderons des éventuelles actions de nature juridiques/judiciaires à mener pour sauver l’école Pont-des-Charrettes. »

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Thierry Allard

34 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité