A la uneActualitésFaits Divers

NÎMES Amah Sitti, le courageux passager de la ligne F

Amah Sitti en compagnie de Fabrice Mayer. Photo Tony Duret / Objectif Gard
Amah Sitti (à gauche) en compagnie de Fabrice Mayer. Photo Tony Duret / Objectif Gard

La semaine dernière, le bus de la ligne F qui relie Carémeau au Pont-de-Justice marque l’arrêt à la gare de Nîmes. Alors que le conducteur reprend sa route, deux jeunes d’une vingtaine d’années demandent à monter. Le chauffeur accepte mais, une fois à bord, la situation dégénère…

Vendredi 5 juin, il est 15h. Amah Citti, un nîmois de 42 ans, décide d’emprunter le réseau Tango pour se rendre à l’hôpital Carémeau en compagnie de sa femme et de sa fille. Comme tous les passagers présents dans le bus, il voit deux jeunes, la vingtaine, se comporter de manière indélicate : « Le bus démarre, se souvient Amah, le chauffeur s’arrête une deuxième fois pour les faire monter. Ils rentrent, ne disent pas bonjour, et partent s’asseoir ». Petit problème : ils n’ont pas présenté leur titre de transport. Le chauffeur leur demande poliment. « L’un des deux lui a répondu sur un ton arrogant qu’ils descendaient au prochain arrêt », poursuit Amah.

Vexé qu’on ait osé lui demander son titre de transport, le jeune homme s’approche du chauffeur et le menace. Sans hésiter une seconde, Amah, agent de sécurité actuellement au chômage, se lève pour calmer le jeu. « Je voulais juste les séparer. J’ai demandé au chauffeur de rester de son côté. Et là, l’autre m’a empoigné et il m’a mis un coup de poing qui m’a brisé mes lunettes et blessé à l’œil. Je l’ai sorti du bus, je l’ai maîtrisé par terre et il a pris la fuite. Son copain en a fait autant ». Mais, grâce à l’intervention d’Amah, le chauffeur a le temps de signaler l’incident à son PC de sécurité qui alerte aussitôt les policiers et son propre service de sécurité. Les deux caïds seront interpellés quelques rues plus loin. Ils ont été placés en garde à vue où ils ont reconnu les faits. Ils comparaîtront le 2 décembre prochain devant le tribunal correctionnel de Nîmes.

Quant à Amah, d’une grande modestie et dont l’intervention apparaît comme complètement naturelle, il a été reçu hier après-midi dans les locaux de Tango par le directeur Fabrice Mayer. L’homme est admiratif : « C’est un cas unique ! Je n’ai jamais vu un client s’interposer. C’est pour cette raison qu’on a souhaité le féliciter et le remercier en lui offrant 100 titres de transport ». Un cadeau qui aidera certainement Amah dans son quotidien et pour ses recherches d’emploi dans le domaine de la sécurité. A moins qu’un potentiel employeur ait, lui aussi, envie de récompenser le courage d’un simple passager de la ligne F.

Tony Duret

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité