ActualitésEconomiePolitique

ÉCONOMIE « OPENÎMES Métropole » pour attirer des entreprises sur le territoire

Ce soir à Palome, à l'occasion de la soirée de lancement de l'Agence de développement économique de Nîmes Métropole. Photo : Coralie Mollaret / Objectif Gard.
Ce soir à Palome, à l'occasion de la soirée de lancement de l'Agence de développement économique de Nîmes Métropole. Photo : Coralie Mollaret / Objectif Gard.
Ce soir à Palome, à l'occasion de la soirée de lancement de l'Agence de développement économique de Nîmes Métropole. Photo : Coralie Mollaret / Objectif Gard.

Ce soir, à l'occasion de sa soirée de lancement à Paloma, le nom de l'Agence de développement économique de Nîmes Métropole a officiellement été dévoilé : OPENÎMES Métropole. Parmi les cinq sociétés sélectionnées, c'est l'agence de publicité Binôme, basée à Nîmes, qui s'est attirée à l'unanimité les faveurs du jury.

Devant un parterre d'élus politiques et de chefs d'entreprises, le président UDI de Nîmes Métropole Yvan Lachaud a rappelé l'objectif premier de la structure associative : "vendre la destination Nîmes Métropole à l'international pour pousser des entreprises à s'installer sur notre territoire".

Lire aussiFAIT DU JOUR Nîmes Métropole : Gilles Ridel, un patron pour attirer les patrons…

NÎMES MÉTROPOLE L’Agence de développement économique sur de bons rails

NÎMES MÉTROPOLE 400 000 euros accordés à l’Agence de développement économique

Publicité
Publicité
Publicité

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Articles similaires

4 commentaires

  1. Ce sera donc : OPENÎMES MÉTROPOLE
    Le nom de l’agence pour le développement économique de Nimes Métropole vient d’être dévoilé ce soir à PALOMA.
    Je représentais le Front National en tant que membre de la commission adhoc.
    Le Front National prendra ses responsabilités dans le cadre d’un développement économique autour d’une idée : produire en France avec des Français.
    .

    1. La première responsabilité à prendre aurait été de refuser cette dénomination à connotation angloricaine qui ne respecte pas la langue française, la langue de la République et de la Francophonie.

  2. Rappel :
    Article 14 de la loi 94-665, dite loi Toubon
    I. L’emploi d’une marque de fabrique, de commerce ou de service constituée d’une expression ou d’un terme étrangers est interdit aux personnes morales de droit public dès lors qu’il existe une expression ou un terme français de même sens approuvés dans les conditions prévues par les dispositions réglementaires relatives à l’enrichissement de la langue française.
    Cette interdiction s’applique aux personnes morales de droit privé chargées d’une mission de service public, dans l’exécution de celle-ci.
    II. Les dispositions du présent article ne sont pas applicables aux marques utilisées pour la première fois avant l’entrée en vigueur de la présente loi.

    Article 15, de la même loi
    L’octroi, par les collectivités et les établissements publics, de subventions de toute nature est subordonné au respect par les bénéficiaires des dispositions de la présente loi.
    Tout manquement à ce respect peut, après que l’intéressé a été mis à même de présenter ses observations, entraîner la restitution totale ou partielle de la subvention.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité