A la uneActualités

INTERVIEW Sécurité routière : Christophe Borgus, sous-préfet du Gard, s’exprime sur la situation alarmante

 

christophe-borgus

Les chiffres sont tous au rouge écarlate en ce qui concerne la sécurité routière dans le Gard pour cette année 2015. Au 15 juillet, on dénombre 42 tués sur les routes gardoises. Un bilan dramatique à mi-année ! En comparaison avec les six premiers mois de 2014, le département enregistre, en 2015, une augmentation de : + 21 personnes tuées, + 25 personnes blessées, + 43 accidents. Christophe Borgus, directeur de cabinet du Préfet a accepté de répondre aux questions de la rédaction d'ObjectifGard pour analyser cette situation dramatique.

ObjectifGard : Le Gard connaît une première partie d'année catastrophique du point de vue de la sécurité routière, que se passe t'il concrètement ?

Christophe Borgus : Contrairement aux idées reçues, bien que le Gard soit un département touristique, 80% des morts et blessés sont des Gardois. 10% sont originaires des départements limitrophes et 10% liés au tourisme. Ces idées sont donc fausses d'un point de vue statistique puisque le nombre de touristes tués est très faible. Il s'agit bien d'un comportement gardois à risque sur les routes qui est en cause. Pourtant, je me refuse à croire que c'est une fatalité d'autant que l'année 2014 avait été encourageante avec une baisse du nombre de morts.

 

OG : Quelles sont les causes principales des accidents y compris les accidents mortels ?

C.B : 100 % des accidents sont dus à des fautes de comportement : alcool, vitesse, drogue... Les excès de vitesse représentent 50% des accidents autant que l'alcool et les stupéfiants. Pour ce dernier comportement à risque, il faut noter que le Gard est en sur-représentation quand on sait que la moyenne nationale est à 30%. Les autres victimes de la route, ce sont les motards. On compte déjà huit motards tués cette année pour cinq l'année dernière. Je voudrais dire "seulement" cinq mais je suis mal à l'aise avec ces comptabilités macabres.

 

OG : Que pouvez-vous faire pour enrayer cette spirale négative ?

C.B : On est à pied d'oeuvre à chaque instant. Les services de l’État, les forces de l’ordre en tête, restent mobilisés au quotidien pour lutter contre l’insécurité routière. Par ailleurs, nous multiplions les communications à destination des conducteurs et de leurs comportements à risque. Nous finançons davantage de prévention, nous accentuons les contrôles. Faut savoir que dans notre département, les contrôles sont supérieurs de 20% par rapport à la moyenne des autres départements français. Mais vous savez, on peut tout faire en terme de communication, de prévention ou de représsion, le premier acteur de vigilance, c'est le conducteur lui-même. Il faut que chacun se responsabilise, soit vigilant individuellement. Derrière un accident, qu'il soit mortel ou pas, ce sont des vies brisées, des familles endeuillées, ...  Quand on prend le volant ou que l'on enfourche sa moto, il faut prendre conscience que l'on peut se mettre soit-même et l'autre en danger. Depuis janvier et les attentats, on parle beaucoup de la notion du vivre ensemble, cette maxime populaire doit également s'appliquer sur la route.

Etiquette

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

3 réactions sur “INTERVIEW Sécurité routière : Christophe Borgus, sous-préfet du Gard, s’exprime sur la situation alarmante”

  1. « 100 % des accidents sont dus à des fautes de comportement… » ?? D’après quelles sources ? Quelles études ? Faites par qui ?
    Mr le Préfet, qu’en est-il de l’état déplorable du réseau routier Gardois ? Les vrais chiffres sont quelques peu différents et, entre-autres, le Sénat admet que 47 % des accidents comportent des facteurs se rapportant à l’infrastructure(source enquêtes REAGIR d’après les 20.000 rapports d’accidents survenus de 1983 à 1996).
    « Les enquêtes « REAGIR » ont mis en lumière le fait que le facteur « conception de l’infrastructure » se retrouve dans 34 % des accidents. Parmi ceux-ci, 20 % ont un rapport avec la configuration de la route et 15 % avec les abords. »
    Source : http://www.senat.fr/rap/l01-029/l01-0293.html

  2. « Faut savoir que dans notre département, les contrôles sont supérieurs de 20% par rapport à la moyenne des autres départements français. »

    Et le nombre de tués a doublé par rapport à l’année dernière : très efficace.
    Vous avez raison les politicards : ne vous remettez pas en question et continuez de nous pondre les mêmes conneries depuis 30 ans !

  3. LOL… 50% des accidents sont dus à la vitesse 🙂

    Si ce n’est pas de la démagogie politicienne… c’est juste superbe en tant terme de persuasion des masses.

    Et l’efficacité des contrôles est édifiante…20% en plus qu’ailleurs et pourtant de si mauvais résultat…

    Arrêtez d’emmerder les Français et de niveller le pays vers le bas. Vous ne pourrez jamais tout régulé et tout réglementé. Redonnez de l’autonomie aux gens et traiter les vrais soucis de sécurité routier, au lieu de pondre une nouvelle réglementation à chaque fois qu’il y a un accident.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité