Du côté de NîmesSorties Gard

POULX Projection du film « La Maison du pêcheur » et débat avec le scénariste québécois J. Bérubé, ce samedi !

Capture d’écran 2015-10-09 à 20.03.35

L’association Gard Québec co-organise avec la ville de Poulx une projection du film « La Maison du pécheur » (histoire sur le milieu indépendantiste québécois dans les années 70) le Samedi 10 octobre 2015 à la salle des fêtes de Poulx (rue de l’hôtel de ville/ rue de la renardière) à 18h suivie d’une causerie avec le scénariste québécois Jacques Bérubé. Entrée : participation libre (chacun donne ce qu’il veut).

LE FILM LA MAISON DU PÊCHEUR : En 1969, au Québec, un groupe de jeunes militants indépendantistes et révolutionnaires de Montréal loue un ancien hangar de pêche en plein centre de la paisible petite ville de Percé, en Gaspésie, pour y tenir un restaurant-auberge pour les jeunes sans argent. « La Maison du pêcheur » devient un lieu de rassemblement où on parle de révolution et d’indépendance du Québec. Un jeune gaspésien de 20 ans, Bernard, rejoint le groupe. L’ordre établi est dérangé. Des commerçants excédés et le pouvoir municipal réagissent : en pleine nuit, des matamores expulsent violemment les jeunes de la Maison du pêcheur en utilisant les boyaux d’arrosage des pompiers. Les jeunes résistent et restent à la Maison du pêcheur, ralliant à leur cause certains pêcheurs et autres gens à revenus modestes. Les affrontements durent tout l’été; Percé devient le symbole québécois de la lutte des jeunes contre l’establishment qui secoue alors le monde entier, dans la foulée de Mai 68, en France, du Printemps de Prague, en Tchécoslovaquie, et des manifestations contre la guerre au Viêt Nam, aux États-Unis. À la fin de l’été, les jeunes militants, désabusés, quittent Percé et retournent à Montréal. Certains d’entre eux joindront, en 1970, le Front de libération du Québec (FLQ) et procèderont à l’enlèvement et seront reconnus coupable de la mort du ministre québécois du Travail, Pierre Laporte. Les personnes qui s’intéressent au Québec et à son histoire connaissent les tristement célèbres événements d’Octobre 1970, qui ont culminé avec la mort d’un ministre et l’imposition de la loi sur les mesures de guerre par le gouvernement fédéral canadien. Par contre, peu de gens ont entendu parler de La Maison du pêcheur, de Percé. Pourtant, cette auberge populaire où se trouvaient plusieurs de ceux qui deviendraient les principaux acteurs de la Crise d’Octobre, a été l’un des points chauds de la lutte entre la jeunesse et l’establishment politique du Québec. Le long métrage québécois de fiction historique La Maison du pêcheur présente cet été 1969 à Percé, prologue de la Crise d’Octobre 1970. Entièrement tourné en 2012, à Percé, en Gaspésie, là où s’est déroulé l’histoire dont il s’inspire, le film a été présenté en compétition — et en première mondiale — au Festival des Films du Monde de Montréal, en août 2013, puis en salle, partout au Québec de septembre 2013 à mars 2014. Le film a aussi été présenté dans quelques festivals aux États-Unis, en France et au Canada. Le film La Maison du pêcheur lève le voile sur une page méconnue de l’histoire du Québec.

Le scénariste invité, Jacques Bérubé : Jacques Bérubé est l’initiateur du film La Maison du pêcheur. Il a effectué la recherche et a travaillé à l’écriture du scénario de 2003 à 2012. L’étincelle qui a fait naître l’idée d’un film sur cette auberge révolutionnaire de Percé a eu lieu à Rimouski en 1985, soit 27 ans avant que le film se tourne, pendant une rencontre entre Jacques et son ami, l’ancien membre de la Cellule Chénier du Front de libération du Québec (FLQ), Paul Rose, professeur, militant et syndicaliste, qui fut emprisonné durant douze ans pour son rôle dans les évènements d’octobre 1970, avant de venir étudier à l’Université du Québec à Rimouski, où vit Jacques Bérubé. Jacques Bérubé a été associé à toutes les étapes de production du film et a participé au tournage à Percé, où il a même été figurant, puis à Montréal, de septembre à novembre 2012. En 2013 et 2014, il a présenté son film et animé des discussions autour de l’histoire qu’il présente dans une dizaine de salles de cinéma du Québec ainsi que dans des collèges et des universités. Sa curiosité, son esprit critique, sa passion pour l’histoire et la vérité et surtout, sa profonde connaissance des sujets du film, la Maison du pêcheur, le FLQ et les évènements d’Octobre 1970, font de lui un conférencier intéressant et coloré. Une conférence-échange sur le tournage du film et sur l’histoire de la Maison du pêcheur et des Événements d’Octobre 1970 suivra la présentation du film. Que s’est-il passé, « de Percé à Octobre », soit de l’été 1969, à la Maison du pêcheur à Percé jusqu’au déclenchement des évènements d’Octobre 1970, quand des cellules du FLQ ont enlevé à Montréal un diplomate britannique et le ministre du Travail et de l’Immigration du Québec, Pierre Laporte ? La réaction des commerçants et des autorités de Percé a-t-elle été le déclencheur de la radicalisation des jeunes révolutionnaires de la Maison du pêcheur ? Une attitude différente aurait-elle pu empêcher la crise d’Octobre 1970 et changer l’histoire ? Ce ne sont là que deux des sujets qui pourront être discutés avec Jacques Bérubé, suite à la présentation du film La Maison du pêcheur.

Etiquette

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité