Actualités

VAUVERT L’UJPL : 24 associations et club taurins réunis sous le même drapeau

L'union des Jeunes de Provence et du Languedoc au bar des Halles à Vauvert. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)
L'union des Jeunes de Provence et du Languedoc au bar des Halles à Vauvert. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)

Fraichement créée, l'Union des Jeunes de Provence et du Languedoc veut défendre les traditions taurines face aux "antis" et organise une journée festive à la Churascaia le samedi 7 novembre.

Ils sont 24 club taurins et associations locales à adhérer au projet, originaires du Gard, des Bouches du Rhône et de l'Hérault. Tous sentent leurs traditions menacées par la montée des mouvements "antis" qui parviennent à se faire entendre jusque devant les tribunaux. Entre l'interdiction de l'encierro à Eyragues en début d'année ou le retrait d'une fresque à l'école Prosper Mérimée à Nîmes, les aficionados n'ont pas résisté à l'envie de se fédérer pour faire front commun. "Nos traditions sont en danger. Nos aînés les ont soutenus, à nous de prendre la relève" précise Clément Séguin, président de l'Association de la Jeunesse Cailarenne.  Regroupant près de 2 000 jeunes parmi l'ensemble des clubs et associations signataires, l'UJPL veut peser dans l'échiquier local, mais se défend de toutes prises de positions politiques. "On n'est pas tous du même bord, c'est ce qui fait notre force" réagit Clément Seguin aux côtés de Corentin Carpentier, par ailleurs président des jeunes UDI du Gard.

Une journée festive à la Churascaia. Et quel lieu plus emblématique que celui de la Churascaia, haut temple de la fête en Camargue depuis plus d'un demi siècle, pour réaffirmer son attachement aux traditions.

C'est dans ce club appartenant à Louis Nicollin que l'UJPL organise une journée autour des traditions taurines avec un déjeuner dès 10h30, abrivado, tienta et apéritif musical animé par plusieurs dj's dont Philippe Corti et Benji Ben. "C'est un test pour montrer que l'on peut rassembler en Provence et en Languedoc" affirme Corentin Carpentier. Pour assurer la sécurité des participants, un bus est affrété à l’allée et au retour (15 euros avec une consommation, ou 5 euros sans le bus, avec une consommation). Nombreux sont les combats qui attendent cette fédération actée depuis début septembre. Mais l'influence des mouvements de jeunes pour la défense des traditions a fait ses preuves. Alors que la préfecture souhaitait interdire les voitures de fêtes, une dizaine de maires et représentants de la jeunesse avait rédigé une charte de bonne conduite avant la saison. Et ça marche, aucun incident majeur n'a été déploré lors de l'édition 2015 de la fête d'Aigues-Mortes.

Pour plus d'informations sur cette journée festive : https://www.facebook.com/events/152692678414928/

Baptiste Manzinali

 

Etiquette

Baptiste Manzinali

Diplômé de l'ESJ, passionné d'actualité en général, musique, football, cinéma, jeux vidéo et civilisations anciennes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité