ActualitésPolitique

CÉVENNES Intercommunalités : les communistes se rebiffent

Sylvain André, entouré de Lucienne Gay et Eric Maubernard. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard
Sylvain André, entouré de Lucienne Gay et Eric Maubernard. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

Des élus communistes du bassin d'Alès pointent du doigt les conséquences de la nouvelle carte des intercommunalités pour les communautés de communes du nord du Gard.

Un regroupement à 75 communes au sein de l'agglomération d'Alès ne plaît guère aux élus communistes. C'est pourtant ce que le préfet du Gard propose. Dans la carte dévoilée le 9 octobre dernier, les communautés de communes des Hautes-Cévennes, Vivre en Cévennes et du Pays Grand'Combien se marient avec Alès agglo. Une erreur pour Sylvain André, secrétaire de section du PCF d'Alès, Lucienne Gay, responsable de la section du PCF Cèze-Auzonnet, Eric Maubernard, maire de Saint-Jean-du-Pin, Gilbert Isoardi, élu à Saint-Julien-les-Rosiers ou encore Michel Delcourt, élu au Martinet.

Tous s'accordent à dire que ces nouveaux contours « éloignent le citoyen des centres de décisions », « signent la disparition des services publics et à terme, des communes », « fragilisent le tissu économique local et donc les emplois », etc. Pour eux, il est impensable que ce soit « une seule personne qui, avec son cabinet, décide du sort de 75 communes ». Ils ajoutent : « Même si le maire d'Alès était communiste, nous refuserions cette carte ».

Ce qu'ils veulent, c'est une réflexion sous forme de coopération. Un consultation avec la population. Les collectivités ayant jusqu'à la fin de l'année pour donner leur avis, il n'est pas encore trop tard pour faire bouger les lignes. Sylvain André propose quelques pistes : « Les communautés de communes Vivre en Cévennes et le Pays Grand'Combien ne sont pas obligées de rejoindre l'agglo. On pourrait envisager par exemple une communauté des vallées cévenoles. Ou bien des communes de l'agglo qui pourraient rejoindre Vivre en Cévennes pour arriver à 15 000 habitants ». Ces élus prévoient de distribuer massivement un tract à la population, pour les inciter à échanger avec le conseil municipal de leurs communes sur le sujet.

Etiquette

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

6 réactions sur “CÉVENNES Intercommunalités : les communistes se rebiffent”

  1. Nous à La Grand Combe on s’en fout, notre conseiller régional Ludo pése de tout son poids pour aller à l’agglo. Quoi!! comment!! Il n’est pas sur la liste!!! On nous aurait menti à l’insu de notre plein gré!!! Ils doivent avoir une liste béton pour se passer d’une telle pointure

  2. Avec l’adoption de la Loi dite…NOTRe n’oublions pas l’impact que ces Regroupements de Communautés vont avoir sur le personnel territorial. En effet quand une compétence communale est transférée à une Communaté d’Agglo le Personnel du Service transféré fait partie des meubles et est transféré AUTOMATIQUEMENT et sans avoir son mot à dire avec le Service. Tout est déjà « ficelé » les conventions de mise à disposition sont déjà rédigées. Les compétences concernant notamment la gestion du Personnel , le recrutement sont déjà décidées. Le Président de la « Super Agglo » va devenir un Super DRH…

  3. Les agglos sont des machines à broyer la démocratie locale. Quelle stupide volonté suicidaire à vouloir saborder ce premier, voire ce seul, véritable degré de démocratie!

  4. La dernière réserve d’indiens communistes du Haut Gard a-t-elle peur de disparaître? Ces cocos, toujours contre tout, surtout quand il s’agit de vivre dans son époque. Je les invite à aller voir le fonctionnement démocratique de la commune en phase avec l’idéologie communiste en Corée du Nord, en Chine, au Vietnam, au Laos, à Cuba…oh purée! il en reste tant que ça des (pseudo-) démocraties dites populaires?

  5. Houlala, impressionnants les 4 sur la photo….Lol
    En effet des gens contre tout, qui vivent en dehors de leur temps, et qui ont surtout peur de perdre leur gagne pain !!!

  6. Et oui peur de savoir qu’on ne pourra plus se partager l’argent dans les poches alors que nos communes ont besoin de voiries restaurées sans nid de poule on augmente la taxe d’habitation et foncière dans des communes ou est pas en sécurité. Facturer des travaux de voiries à 889 000€ comme à l’affenadou alors qu’il y a en fait pour 200 000€ mais ou passe le reste? Vive le communisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité