A la uneFaits Divers

AU PALAIS Sans diplôme, sans emploi mais avec plusieurs condamnations, il insulte les policiers

Palais de justice de Nîmes. DR
Palais de justice de Nîmes. DR

Anouar, 19 ans, n’a pas honoré le tribunal correctionnel de Nîmes de sa présence. Qu’à cela ne tienne, il le jugera quand même.

Il est reproché à ce jeune majeur d’avoir proféré des menaces de mort contre des policiers beaucairois le 30 avril dernier. Ce matin-là, ces derniers sont venus chez lui, dans le cadre d’une perquisition concernant son frère. Une intrusion des policiers dans son intimité qui ne lui a pas plu. Quelques heures plus tard, les forces de l’ordre de la commune sont appelées pour une rixe sur la voie publique : Anouar est dans le coup. Revoir les policiers le fait sortir de ses gonds :

-          Fils de p…, vous faites les beaux parce que vous êtes chez vous. Vous allez voir, vous êtes morts !, déclame-t-il avant de tenter de frapper un policier.

Le trajet vers le commissariat le calme un peu. Sa garde à vue aussi. Il retrouve la raison et avoue les faits :

-          J’avais la rage. Ma chambre était sans dessus-dessous. Je reconnais avoir prononcé ces mots mais j’étais en colère, parce qu’après la perquisition, ma mère était en pleurs. Concernant les violences, je n’ai pas cherché à mettre un coup de poing au policier parce qu’il était plus grand que moi.

Les enquêteurs l’ignorent, mais ils viennent d’entrevoir le bon visage d’Anouar. Parce que quelques minutes plus tard, pour une raison indéterminée, le jeune homme ne tient plus en place. Dans sa cellule, il reste debout, collé à la porte, prêt à dégainer une insulte dont il a le secret. Quand les policiers ont le malheur de passer devant lui, ils entendent, comme un refrain :

-          Fils de p…, demain je sors. Je vous attends devant le commissariat pour vous la donner.

C’est sûr qu’Anouar a tout le loisir de revenir le lendemain ou le jour qui lui chante. La présidente Françoise Carracha fait le bilan : « Il est sans diplôme, sans profession mais a plusieurs condamnations pour vols et outrages ». S’il peut revenir devant le commissariat, il n’a toutefois pas trouvé le chemin du palais de justice nîmois, ce qui agace le procureur :

-          Il ne vient même pas assumer devant votre barre. Je requiers six mois de prison.

Soit la peine à laquelle il sera condamné. Il devra aussi indemniser un policier à hauteur de 300€.

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité