Actualités

GARD RHODANIEN Le transport solidaire étendu à toute l’agglo

Les élus communautaires ont présenté la nouvelle mouture du service de transport solidaire (Thierry Allard / Objectif Gard)
Les élus communautaires ont présenté la nouvelle mouture du service de transport solidaire (Thierry Allard / Objectif Gard)

« Jusqu’ici, il y avait une inégalité » : le président de l’agglo du Gard Rhodanien en convient, le service de transport solidaire proposé par la collectivité avait fait son temps.

Pourquoi ? Tout simplement parce-que le service, mis en place par feue Rhône-Cèze-Languedoc avant la création de l’agglo du Gard Rhodanien, ne concernait que les 10 communes de l’ancienne communauté de communes sur les 42 que compte l’agglo actuelle, principalement rurale.

« C’était soit pour l’ensemble du territoire, soit on arrêtait »

Le contrat liant l’agglo et le prestataire s’achevant le 31 décembre, tout a été remis sur la table. « Il y a eu cette année tout un travail des élus pour trouver un fonctionnement qui puisse correspondre aux besoins de la population, affirme le président. Nous ne voulions plus faire cohabiter cette inégalité, c’était soit pour l’ensemble du territoire, soit on arrêtait le service. »

C’eut été dommage : « en 2014, sur les seules 10 communes de l’ex-RCL, le transport solidaire a parcouru 90 000 kilomètres sur 11 000 trajets et a transporté 1 180 personnes », compte Bruno Tufféry, maire de Vénéjan et conseiller communautaire délégué à l’action sociale. Un service utilisé principalement par des personnes âgées « pour les courses, le médecin, voir la famille ou aller au cimetière » énumère le vice-président de l’agglo délégué aux solidarités et maire de Saint-Victor-la-Coste Robert Pizard-Deschamps.

Quelques changements importants

Le service est donc maintenu, et va évoluer à partir du 4 janvier. « Jusqu’à présent c’était entièrement à la carte, rappelle Jean-Christian Rey. Maintenant, il y aura des secteurs, et des jours par secteur. » Le tout dans un souci d’économies, un premier appel d’offres lancé cet été s’étant révélé infructueux car trop cher. Alors pour maintenir le service sans augmenter le tarif — qui reste d’1,50 euro le trajet —, ni le coût annuel pour l’agglo — 90 000 euros —, un zonage a été mis en place.

Les 42 communes de l’agglo ont donc été réparties en quatre secteurs, correspondant aux bassins de vie de Bagnols, Pont, Laudun et Goudargues, et chaque secteur aura son jour de passage. Et ce n’est pas le seul changement : « nous avons redéfini quelques critères, ce sera pour les gens de plus de 65 ans ou aux minimas sociaux, et chaque utilisateur se verra délivrer une carte annuelle qui sera établie dans leur mairie », explique Bruno Tufféry. Les utilisateurs auront droit à un aller-retour par semaine, au départ de leur domicile, après avoir réservé 48 heures à l’avance.

Le service ne sera donc pas ouvert aux autres publics qui bénéficient déjà de services adaptés, et le service est vu comme « un complément à Edgard », dixit Denis Rieu, conseiller communautaire délégué à la politique de la ville et à la santé.

Un service dont Bruno Tufféry est fier : « c’est rare et précieux, je ne sais pas si en France il y a un équivalent à une telle échelle. C’est un choix politique fort et assumé. Le premier réseau social, ce sont les routes. »

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité