• Home »
  • A la une »
  • FAIT DU JOUR Gard rhodanien : malgré un contexte difficile, le nucléaire recrute

FAIT DU JOUR Gard rhodanien : malgré un contexte difficile, le nucléaire recrute

Le nouveau préfet du Gard Didier Lauga (au centre) s'est rendu au forum Sudnucléaire en compagnie des responsables de Pôle Emploi et des élus locaux (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Le nouveau préfet du Gard Didier Lauga (au centre) s'est rendu au forum Sudnucléaire en compagnie des responsables de Pôle Emploi et des élus locaux (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Qu’on se le dise : le secteur du nucléaire, malgré le « plan de compétitivité » d’Areva, reste pourvoyeur d’emplois. Et il a parfois du mal à trouver des candidats ad hoc.

Ainsi, 450 postes étaient proposés aujourd’hui au forum Sudnucléaire, organisé par les Pôle Emploi de Pierrelatte, Bollène et Bagnols au Clos Bon-Aure de Pont-Saint-Esprit.

19 000 emplois sur le bassin de vie

Un forum de recrutement, la nuance est importante : « les demandeurs d’emploi ne sont pas autorisés à venir spontanément, ils sont préparés. On les convoque, on leur explique la démarche et on les prépare », explique Evelyne Belot, directrice du Pôle Emploi de Bagnols. Ainsi, 800 demandeurs d’emploi ont été sélectionnés pour rencontrer les 58 enseignes présentes, composées d’entreprises, d’entreprises d’intérim et de quelques organismes de formation.

Un forum dédié au nucléaire, et ce malgré la conjoncture difficile du secteur, avec le plan social d’Areva. « On s’est posés la question de maintenir cette cinquième édition », admet Evelyne Belot. Finalement, face aux « retours toujours positifs » et au poids de la filière, qui représente 19 000 emplois sur le bassin de vie aux confins du Gard, du Vaucluse, de l’Ardèche et de la Drôme, les organisateurs l’ont maintenu.

Car malgré tout, « le nucléaire est une filière d’avenir depuis la mine jusqu’au démantèlement » affirme le président de l’agglo du Gard Rhodanien Jean-Christian Rey, avant de lancer que « c’est le travail du territoire d’anticiper les mutations, et je pense au plan social d’Areva qui complique les choses. »

« Le nucléaire est une force »

Une mutation qui touche le secteur du nucléaire, mais pas seulement. « Pôle Emploi est en train de s’organiser différemment pour permettre aux conseillers de dégager plus temps pour l’accompagnement de la transition professionnelle, pour les entreprises dans la recherche de compétences, et pour les demandeurs d’emploi afin de les orienter là où il y a des recrutements » explique le directeur territorial de Pôle Emploi Gard Lozère. Sur le Gard rhodanien, il s’agit de faire monter en qualifications les demandeurs d’emploi, sous peine de voir les emplois de la filière du nucléaire, souvent techniques, leur passer sous le nez. Et ça passe par la formation, « une problématique spécifique du Gard rhodanien » reconnaît Philippe Blachère.

Et ce forum a été pour le nouveau préfet Didier Lauga l’occasion de venir dans le Gard rhodanien pour la première fois depuis sa nomination le 1er janvier. « C’est ma première sortie officielle sur l’emploi, et il est symbolique de venir ici dans le premier bassin industriel du Gard. » Le préfet, venu du département voisin de la Drôme, ne « découvre pas les problématiques du nucléaire » et estime que « dans un département qui a le troisième plus mauvais taux de chômage de France, il faut travailler sur nos points forts, et le nucléaire est une force. Quant au démantèlement, il pourra créer des emplois. »

A plus long terme, Jean-Christian Rey évoquera « les coopérations de demain, avec une vraie agglo qui irait du Tricastin, jusqu’à Avignon, nous avons des problématiques communes notamment autour de l’énergie. » Une idée qui a eu l’air de séduire Didier Lauga, « même si côté drômois je n’y suis pas arrivé. »

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Partager