A la uneActualitésPolitique

BAGNOLS Une hausse des impôts « à 100 % ciblée vers de l’investissement »

Le maire de Bagnols Jean-Christian Rey et son premier adjoint Jean-Yves Chapelet (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Le maire de Bagnols Jean-Christian Rey et son premier adjoint Jean-Yves Chapelet (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

« C’est un budget de relance maîtrisé » : le maire de Bagnols Jean-Christian Rey et son premier adjoint Jean-Yves Chapelet présentent en avant-première le budget primitif 2016 qui sera proposé au vote du conseil municipal dans huit jours.

Et ne tournons pas autour du pot : les impôts locaux vont augmenter.

« La mairie a le devoir d’être moteur »

Pour autant, ce n’est pas pour financer le train de vie de la mairie, explique Jean-Christian Rey : « grâce à notre gestion saine et rigoureuse, l’excédent du compte administratif 2015 est de 77 145 euros, et l’autofinancement est supérieur de 335 000 euros aux prévisions, avec 1,53 million d’euros. » Autant de preuves pour le maire de « notre saine et rigoureuse gestion. »

Et Jean-Christian Rey l’affirme, malgré la baisse des dotations de l’Etat et du département, « nous pouvons aujourd’hui présenter un budget de fonctionnement à l’équilibre sans recours à la fiscalité. » Et pourtant, l’équipe municipale va faire jouer le levier fiscal.

Pourquoi donc augmenter les impôts alors ? Le maire argue que « la relance passe par l’investissement, elle est synonyme d’emplois, d’amélioration de notre cadre de vie » et que « la mairie a le devoir d’être moteur. » Ainsi, des projets d’urbanisme et de voirie seront lancés ou poursuivis, comme « le chemin Lagaraud, la place Puech, la rue Alphonse-Daudet, la rue Félix-Germain, la rue Léon-Fontaine, le chemin Moulin de la tour, le chemin Sainte-Marie » énumère le maire, sans oublier « l’éclairage public et l’accessibilité », des études sur la rénovation urbaine, le crématorium ou la place Bertin-Boissin, la rénovation de l’église, des sols des halles de sport ou encore du toit du centre culturel. « On a fait une liste, on a pris du retard », reconnaît Jean-Yves Chapelet.

« C’est un pacte qu’on propose »

Autant d’investissements qui seront financés par une hausse de la taxe d’habitation, qui passera de 13,65 points à 14,95 points, soit une hausse de 1,3 point, ainsi que de la taxe foncière, qui passera de 22,68 points à 24,85 points, soit une hausse de 2,17 points. La taxe sur le foncier non bâti restera quant à elle stable. Malgré cette hausse, « aujourd’hui, Bagnols est la ville du Gard de sa strate où les taux sont les plus bas. On s’aligne, mais on reste parmi les plus bas », affirme Jean-Christian Rey, qui voit dans cette hausse un autre avantage : « ça permet de ne pas avoir recours à l’emprunt et ça contribue donc à désendetter la commune. »

De quoi permettre surtout à la ville d’enregistrer « environ 1 million d’euros de recettes supplémentaires », estime le maire, qui seront « à 100 % ciblés sur de l’investissement. » Et la ville compte bien profiter de ce que Jean-Yves Chapelet qualifie d’« effets d’aubaine », c’est à dire des aides, fonds de concours et prêts à taux bonifiés que l’Etat met à disposition des communes qui investissent. « Si on n’arrive pas à mobiliser sur de la relance, on va rater le coche », avertit le premier adjoint. « C’est un pacte qu’on propose », résume le maire. Reste à voir comment la population va l’accueillir.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

4 réactions sur “BAGNOLS Une hausse des impôts « à 100 % ciblée vers de l’investissement »”

  1. bagnols ambitions n’est pas fiable pour un sou, eux qui avaient dit qu’ils n’augmenteraient pas les impôts (profession de foi) augmentent coup sur coup taxe foncière pour la part intercommunale et maintenant encore une hausse sur la part communale. tous ces arguments c’est du pipeau, un coup ils vont soi disant profiter des financements du privé, et à présent les contribuables vont trinquer, et pour quel résultat ??? lamentable !!!

  2. Le problème de cette municipalité qui devient le problème des habitants de Bagnols n’est pas uniquement l’augmentation des impôts :
    La vraie inquiétude qui se dessine est que les mêmes causes vont forcément produire les mêmes effets.
    Les orientations de cette majorité pour des raisons idéologiques socialistes et électoralistes que nous connaissons bien mettront encore en difficultés le réveil de cette ville.
    Comment parler d’investissement en évoquant des réfections de rues et places dont les travaux sont prévus depuis bien longtemps !!!
    Dans un budget si les choses prévues ne se font pas c’est que d’autres se font…. Depuis des années dans cette commune l’investissement est à l’arrêt.

    Comment évoquer l’investissement sans apporter des réponses concrètes au rapport de la cour régionale des comptes. Celui-ci semble désormais oublié !!!
    L’investissement ne consiste pas à des réfections de rues ou places. L’investissement est synonyme de projets participant activant à l’attractivité de la ville à l’emploi et au bien-être des habitants. Nous en sommes loin !!
    Les habitants de Bagnols ont besoin de se retrouver autour d’un vrai grand projet fédérateur. Ce n’est pas encore pour demain. Cette majorité est engluée à gérer le quotidien au lieu d’offrir des projections concrètes de développement. C’est un choix : celui du déclin et de l’appauvrissement.

    1. Si investissement est pour vous la création de fontaines, si chère à l’ancien édile de Bagnols sur cèze, effectivement, il n’y a pas d’investissement. Le problème du quotidien est l’héritage des choix hasardeux des anciens mandats. Le recours systématique à l’emprunt a plombé les « grand projet fédérateur » ce qui fait qu’avec l’encours de la dette actuelle, l’investissement est plus que limité. Ajouter à ceci la baisse drastique des dotations de l’état et vous avez une marge de manoeuvre plus que réduite.
      Désolé mais refaire une route de A à Z en reprenant l’ensemble des réseaux (secs & humide) pour les enfouir, en créant une piste cyclable ce n’est pas de la réfection mais de l’investissement.
      Ps : on parle de chambre régionale des comptes et non de « cour ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité