Actualités

BARJAC La foire aux antiquités échappe à la morosité ambiante

Foire de Barjac, ce lundi. Eloïse Levesque/Objectif Gard
Foire de Barjac, ce lundi. Eloïse Levesque/Objectif Gard
Foire de Barjac, ce lundi. Eloïse Levesque/Objectif Gard

Bon cru pour la saison 2016 de la foire internationale aux antiquités de Barjac. Tandis que plusieurs autres grandes brocantes ont été annulées, l'événement a vu sa fréquentation augmenter, surtout au déballage.

Les exposants ont majoritairement le sourire. Depuis mercredi dernier, entre 10 000 et 15 000 personnes ont déambulé pendant six jours dans les allées de l'événement de l'année. 400 exposants professionnels étaient présents. Une estimation équivalente à l'an dernier, avec une cerise sur le gâteau : "le premier jour, on a fait bien plus que d'habitude, c'était bondé", se satisfait Philippe Tassy, président du Comité expansion, organisateur. Un succès qu'il explique notamment par l'annulation de plusieurs foires en France, Lille en tête. "Les visiteurs aiment chiner au déballage, et surtout, on est reconnu. En plus des vacanciers, certains acheteurs viennent exprès du Japon, de Russie, ou de Chine".

Petit creux de fréquentation, samedi. Eloïse Levesque/Objectif Gard
Petit creux de fréquentation, samedi. Eloïse Levesque/Objectif Gard

Plus de fréquentation, moins de recettes

Côté chiffres, le bilan est stable, mais proportionnellement un peu moins bon. Pierre-Olivier, originaire de l'Isère, vient depuis 30 ans à Barjac. Il propose surtout des meubles et autre vaisselle. "Comme d'habitude, on a fait 50 % de notre chiffre d'affaire le premier jour. Miroirs, lustreries, décoration, les professionnels m'attendaient au pied du camion. On a fait une bonne foire, on ne se plaint pas. Même si les bonnes années sont derrière nous", commente-t-il.

Valérie, d'Orange, fait l'aller-retour chaque soir pour éviter de mettre sa recette dans des gîtes onéreux et maintenir un bénéfice intéressant. "On a enregistré une petite baisse de 10 %. Les gens achètent dans une fourchette comprise entre 5 et 100 €. Après, ça devient compliqué", note-t-elle. Et de se réjouir : "malgré le contexte actuel, Barjac reste à niveau".

Forts de cette année favorable, les fidèles antiquaires de Barjac restent tout de même prudents. "On a eu de la chance d'échapper à l'annulation".

Eloïse Levesque

Eloïse Levesque, journaliste diplômée de l'université de droit et de science politique de Montpellier, à Objectif Gard depuis mars 2014

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité