A la uneActualitésSociété

NÎMES EN FERIA Après la pluie, le beau temps de la novillada

Le premier novillo de San Sebastian, élevage qui faisait sa présentation à Nîmes (Photo Anthony Maurin).
Le premier novillo de San Sebastian, élevage qui faisait sa présentation à Nîmes (Photo Anthony Maurin).
Le premier novillo de San Sebastian, élevage du cru qui faisait sa présentation à Nîmes (Photo Anthony Maurin).

Novillada inaugurale du cycle nîmois des Vendanges. Bonne présentation de la ganaderia San Sebastian, 2 oreilles pour Manolo Vanegas, 1 oreille et une vuelta pour Andy Younes et salut et 1 oreille pour Tibo Garcia.

Même si les pluies matinales devaient rafrâchir les quelques ardeurs aficionadas, une belle entrée était visible lors du paseo de la novillada inaugurale de cette feria des Vendanges 2016. L'élevage des Vangelisti père et fils se présentait, tout comme le jeune nîmois Tibo Garcia, dans les arènes de Nîmes pour la première fois.

Manolo Vanegas à gauche (Photo Anthony Maurin).
Manolo Vanegas à gauche (Photo Anthony Maurin).

Le tact et l'intelligence du Vénézuélien Manolo Vanegas lui fera gagner une certaine empathie émanant des tribunes. Son joli novillo a des qualités que le chef de lidia comprend rapidement est extrait de l'animal. Une oreille lui sera justement octroyée par le palco qui n'a pas daigné faire jouer l'orchestre sur les passes du jeune apprenti.

Andy Younes fera un tour de piste après son premier combat (Photo Anthony Maurin).
Andy Younes fera un tour de piste après son premier combat (Photo Anthony Maurin).

Andy Younes a l'habitude de ces arènes puisqu'il y est quasi abonné depuis qu'il torée dans la catégorie. Face à un novillo assez inégal voire impétueux, l'Arlésien tirera quelques beaux muletazos en fin de faena. Mieux que lors de ses dernières sorties, Andy Younes fait montre de détermination et de pouvoir à droite. Une vuelta pour récompenser les efforts.

Le Nîmois Tibo Garcia, se présentait à Nîmes. Pari en grande partie réussi (Photo Anthony Maurin).
Le Nîmois Tibo Garcia, se présentait à Nîmes. Pari en grande partie réussi (Photo Anthony Maurin).

Autre présentation du jour, celle du régional de l'étape, le Nîmois Tibo Garcia. Depuis que le vainqueur du bolsin taurin 2015 de Nîmes Métropole a mis le pied sur le barreau de l'échelon supérieur, il n'a de cesse d'étonner. Avec une certaine maturité, il attaque fort sa rencontre avant de laisser filer peu à peu le combat. Certes le novillo manquait de transmission et de classe, mais le jeune n'a pas su mettre le sel nécessaire à l'émulsion. Salut.

Manolo Vanegas a montré que son alternative ne se compte quen petits mois (Photo Anthony Maurin).
Manolo Vanegas a montré que le temps qui le sépare de son alternative ne se compte qu'en petits mois (Photo Anthony Maurin).

Voilà le novillo et la faena de la tarde. Manolo Vanegas a sorti du chapeau le lot le plus intéressant mais c'est avec son second, le quatrième de la course, qu'il s'entendra le mieux. Précieux au capote, suave à la muleta, le Vénézuélien titille les émotions que procurent le bon novillo. Une oreille de valeur et de certitude qui lui permet de sortir en triomphe, presque comme la dépouille du novillo applaudie à sa sortie de piste.

Après une grosse bousculade et sans sa chaquetilla, Andy Younes coupera une oreille (Photo Anthony Maurin).
Après une grosse bousculade et sans sa chaquetilla, Andy Younes coupera une oreille (Photo Anthony Maurin).

Andy Younes entame sa faena les genoux rivés dans le sable nîmois. Il cite son opposant de loin et le cornu déboule tel un boulet de canon sur les traces de l'Arlésien. Le carton est inéluctable mais les cornes passent de justesse à côté du jeune qui aura cependant le souffle coupé et qui claudiquera jusqu'à la fin... Piqué à vif, il se relève, rage, fulmine et met la machine en route avec une voilure théâtrale non négligeable. Belle revanche pour Andy Younes qui fait face au doute et qui prend l'ascendant sur son adversaire qu'il estoquera de fort belle manière. Une oreille qu'il aura le temps de savourer avant d'être transféré au CHU Carémeau de Nîmes.

Tibo Garcia, à gauche avec douceur (Photo Anthony Maurin).
Tibo Garcia, à gauche avec douceur et fermeté(Photo Anthony Maurin).

Enfin, Tibo Garcia devait mettre un terme à cette novillada intéressante. Même problème qu'à son premier, la faena ira a menos, manquant d'intérêt et de variété. Un travail exécuté presque intégralement à droite que le novillo n'aura pas de mal à éluder. Le novillero est jeune, ses progrès sont visibles et se présenter dans une telle arène tout en conservant calme et quiétude dans les moments de doute sont des signes encourageants. Son toreo est plaisant, sa gestuelle l'est tout autant et son avenir sera important s'il poursuit sur ce chemin en travaillant les lames que lui affûte le meilleur coutelier nîmois! Une belle oreille d'encouragement.

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 37 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité