ActualitésSociété

LUNDI SANTE Les « génériques » ne connaîtront pas leur fin

Un seul et même médicament mais plusieurs laboratoires sur le coup pour un stock de génériques qui ne cesse daugmenter Photo Anthony Maurin).
Un seul et même médicament mais plusieurs laboratoires sur le coup pour un stock de génériques qui ne cesse d'augmenter dans les pharmacies (Photo Anthony Maurin).

L'apparition des médicaments génériques date du début des années 2000. Vendus avec des prix nettement plus attractifs, ces médicaments souffrent encore aujourd'hui d'une réputation discount, low-cost voire dangereuse... Mais il n'en est rien!

Ce que l'on appelle "médicament générique" est en fait la copie d'un princeps, un médicament à la molécule originale, breveté par les laboratoires pharmaceutiques mais qui est tombé dans le domaine public. Ayant les mêmes principes actifs que l'original, le générique offre simplement une baisse des prix significative, chose très appréciée par la Sécurité Sociale et le patient malade!

"Les génériques sont omniprésents car leur prix de vente est environ 30% en dessous de celui des princeps. Les formes et les couleurs peuvent être modifiées, tout comme ce que l'on appelle les excipients mais le principe actif, la molécule qui sert à guérir, reste le même! Les matières premières viennent du même endroit donc les médicaments sont, dans le fond, identiques!" affirme Guillaume Pierret, gérant de la Pharmacie des Arènes à Nîmes.

On entend souvent des patients dire qu'ils ne supportent pas les génériques... Plus psychologique qu'autre chose ce refus n'est en réalité quasi descriptible. "Les problèmes liés aux génériques sont négligeables, infimes tant les propriétés sont identiques... Mais quand la patientèle comprend qu'elle a droit au tiers payant, qu'elle paie moins cher et que cela est meilleur marché pour la Sécu, elle prend volontiers les génériques!" poursuit Guillaume Pierret qui avoue que seuls quelques clients ne veulent toujours pas prendre les génériques prescrits.

Une dizaine de laboratoires sest lancée dans le générique. Le Français Biogaran et lAméricain Mylan sont les leaders du marché Photo Anthony Maurin).
Une dizaine de laboratoires s'est lancée dans le médicament générique. Le Français Biogaran et l'Américain Mylan sont les leaders du marché (Photo Anthony Maurin).

"La Sécu montre depuis quelques années une énorme volonté pour passer au tout générique à cause des prix qui sont moins élevés, qui permettent des remboursements plus intéressants et surtout moins coûteux. De plus, le prix des génériques ne fait que baisser et cela permet de réaliser des millions d'euros d'économie à la Sécu" évoque le pharmacien des Arènes.

Les génériques sont donc préférés et préférables aux médicaments originaux sauf si le médecin prescrit le princeps. Une dizaine de laboratoires s'est lancée dans la bataille et parmi eux, on retrouve par exemple Biogaran, Mylan ou encore Zentiva... Chaque pharmacie choisit ses laboratoires de prédilection mais la Sécurité Sociale demande tout de même une certaine stabilité.

"La Sécu a relancé une campagne de publicité en faveur des génériques. Elle aimerait que le taux de substitution du princeps vers le générique soit aux alentours des 85%. D'une année sur l'autre, ce chiffre augmente mais si les pharmaciens sont en-dessous de ce taux, ils sont placés sous surveillance... Ce que la Sécu semble oublier, c'est que les pharmaciens ne vendent que ce que les médecins prescrivent en amont..." conclut Guillaume Pierret.

Par exemple, pour le Zélitrex, qui traite le zona, il y a quelques années, le prix de la boite était à plus de 100 euros. Aujourd'hui descendue à 50 euros, son générique n'en coûte que 40! Le prix attractif des génériques amène souvent le princeps à baisser lui-même son prix. Une même molécule, quelques économies non négligeables et aucune contre-indication sanitaire, les génériques ont l'avenir pour eux, il faudra bien s'y faire!

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

3 réactions sur “LUNDI SANTE Les « génériques » ne connaîtront pas leur fin”

  1. Beaucoup de génériques n’ont pas la même efficacité que le princep et j’en ai fait la fâcheuse expérience. Je suis désolée mais j’aimerais bien que ce soit copie/identique, mais non. Quand on a connu le princep et qu’on passe au générique je peux vous assurer que l’on sent vraiment une différence.
    Certains génériques ne me dérangent pas je les prends sans rien dire car je supporte mais ils ne sont pas nombreux. Un exemple parmi d’autres : amoxiciline pendant 7 jours et bien 10 jours après toujours malade et clamoxyl pendant 7 jours au bout de 3 jours je suis pratiquement guérie. Avant je prenais les génériques et maintenant vu les effets négatifs de ceux-ci je commence à en refuser certains et là et bien c’est le pharmacien qui devient extrêmement agressif car bien sûr il pense à sa prime de fin d’année de 6 000 € s’il fait son chiffre d’affaire de génériques. La santé c’est tout simplement une question d’argent car les prix ne sont plus indiqués sur les boites mais je note tout dans un carnet et c’est pratiquement au même prix et même plus chers donc la question est pourquoi les génériques ??????? car on ne fait pas d’économie, les gens sont encore plus malades avec les génériques. J’essaie de me soigner seule, on en arrive là maintenant, car plus confiance en ce système de santé. Et je peux indiquer plusieurs noms de génériques qui ne sont pas efficaces ….

  2. pareil pour moi certain médicament non pas les mêmes effet que l’original et leurs compositions n’est pas la même . surtout sur les génériques de cortisonne et en plus ils coute 0,02 de plus le clamoxil beaucoup de dentiste ont constaté que les effets ne sont pas pareil le sécurité leurs fait la chasse sur Nîmes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité