ActualitésSociété

VAUVERT Le rapport tombe, les rapports chutent

Dernier Conseil municipal de lannée à Vauvert Photo Anthony Maurin).
Dernier Conseil municipal de l'année à Vauvert (Photo Anthony Maurin).

Dernier Conseil municipal 2016 et rapport d'observations définitives de la Chambre Régionales des Comptes au menu d'une soirée politique bien chargée.

Pour cette première mouture et au vu des débats agités, concentrons-nous sur le rapport tant attendu. Cela fait des mois que la majorité de Jean Denat en parle sans pour autant en dévoiler l'ampleur. Laissant entendre le pire, il se trouve que les fautes trouvées sont lourdes et conséquentes mais pas autant que ce qui avait été prédit.

S'étalant sur la période 2008-2016 ou plutôt 2009-2014, le rapport complet de la CRC est à consulter sur le site Internet de la Ville.

Le maire, Jean Denat, n'avait "pas prévu de déclaration solennelle sur un rapport qui m(l)e concerne peu" mais a noté qu'il faudra "poursuivre les efforts effectués actuellement". S'adressant à Joëlle Cachia-Moreno, ancienne élue de l'équipe municipale incriminée, Jean Denat avouera "Vous n’êtes pas noirs et nous ne sommes pas blancs".

Mais après 8 mois et le travail de 2 magistrats au quotidien à la Mairie, ce qui reste, c'est le compte-rendu final. Pour des raisons évidentes, c'est désormais de manière annuelle que les élus devrons faire un point en Conseil Municipal sur les prises en compte de ce rapport. 6 recommandations (P.4) sont à la clé des 40 pages du dossier. Pour vous donner l'élan citoyen, référez-vous au rapport pour recoller à la suite des débats! La 1ère  recommandation est déjà mise en œuvre, la 2ème, idem, tout comme la 4ème. Pour les 3ème et la 5ème, "On y travaille, l’an prochain ça sera finalisé" affirme Jean Denat. Quant à la 6ème, "ça ne va pas être facile mais nous aurons cette volonté".

Tous en accord sur la pauvreté de la ville et l'ancienneté de cet état, il est évident que les élus sont aussi d'accord pour dire que tous les maires y sont tous confrontés et qu'il faut faire des choix. "Ce qui est constaté, c’est que la situation financière sur cette période s’est tendue, on été au bout de la logique d’un système, on allait dans le mur jusqu’en 2014. La dette de l’ancien mandat a été renvoyé à notre mandat…" poursuit Jean Denat qui déplore les comptes à rebours de la municipalité de Gérard Gayot.

Niveau d’endettement élevé, surévaluation de nature à fausser le résultat des comptes administratifs, progression des charges de gestion inquiétante, autofinancement négatif, investissement faiblard, la trésorerie semble reposer sur ses budgets annexes mais la commune ne connaît pas de retard de paiement.

"Et c'est normal, c'est maintenant nous qui sommes en charge de cette dette!" lance Jean Denat. Et Joëlle Cachia-Moreno de répondre, "Quand nous sommes arrivés, la situation de la commune était déjà préoccupante et en 2008 on a subi la grosse crise financière. On pensait bien faire mais s’il y avait eu un souci quelconque quelqu'un nous l’aurait dit! De toute façon, on assume. Les mots ont un sens, la Ville n’est pas en faillite contrairement à ce que vous nous disiez… Sous la municipalité Gayot, il y a eu quelques améliorations comptables, notamment celle de la dette par habitant".

Le maire comparera le rapport de la CRC au "coup de descabello de l’équipe Gayot". Le FN en arbitre très silencieux, ne va pas tarder à entrer dans la mêlée. Pour un Jean-Louis Meizonnet qui se tient "en recul de tout ça car n’ayant jamais été aux affaires", le rapport n'est peut-être pas sorti maintenant par hasard. "La publication en 2016 relève d’une volonté politicienne! Vous avez été 1er adjoint d’une majorité socialiste avant Gayot et votre bilan n’a pas été exceptionnel… Depuis la guerre, les équipes municipales n’ont pas su se projeter dans l’avenir. Le développement économique de la ville a stagné et pendant ce temps l’appauvrissement de la commune s’est accru. Pour toutes ces raisons il faut rester modeste quand on a été partie-prenante de ces résultats".

De là le feu est parti le feu et le débat n'a plus eu lieu. Une discussion de sourds où les mots: résistance, économie, trahison ou honneur furent prononcés.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité