ActualitésSociété

NÎMES A La Placette, Jacques Teissier, prêtre des arènes, parlera corrida

Sous les yeux de la famille entière, la pitchounette s'essaye à la tauromachie. Les conseil de Jacques Teissier, aumônier des arènes de Nîmes et aficionado practico lui seront précieux (Photo Anthony Maurin)
Sous les yeux de la famille entière, la pitchounette s'essaye à la tauromachie. Les conseil de Jacques Teissier, aumônier des arènes de Nîmes et aficionado practico lui seront précieux (Photo Anthony Maurin).

Le Comité de Quartier de La Placette organise ce vendredi une rencontre avec une personnalité très spéciale. Jacques Teissier, prêtre et aumônier des arènes, viendra discuter de sa passion pour la tauromachie.

Jacques Teissier, prêtre attaché aux paroisses Saint-Luc et Saint-Charles, considère comme une grande chance de s’être vu confier un jour la charge d’aumônier des arènes de Nîmes. Dans l’exercice de son sacerdoce, c’est, selon ses propres mots, une "cerise sur le gâteau" qu’il savoure depuis 1988. Car la corrida, il est "tombé dedans étant petit" et aujourd’hui encore il se souvient de ses impressions d’enfant de sept ans, lors de sa "première", haut dans les amphis…

L’enfant ne savait alors pas qu’un jour il aurait l’insigne privilège de partager, seul, les ultimes instants de recueillement des maestros mythiques, ces minutes, ces secondes où se condense à l’extrême l’intransigeante confrontation à soi-même, avant l’affrontement capital… Car la charge de l’aumônier des arènes consiste à préparer, en leurs stricts ornements et accessoires, le vestibule et la chapelle. Ces menus espaces définis au sein du gigantesque cirque de pierre, à la fois distincts et unis dans le silence et le secret, concourent avec leur fonction et leur décor propres, à l’intimité et à la grandeur de cet instant du rite, précédant la lumière et la foule, le bruit et la fureur. "Si le public pouvait voir les toreros dans ces instants où avant l’heure de vérité ils entrent en eux-mêmes, jamais il ne pourrait siffler une prestation qui le déçoit…". Sobre sentence d’un aficionado devenu, avec le temps et depuis ce si singulier point d’observation et de méditation, un véritable érudit en matière tauromachique.

"La "fête des toros" nous parle du rapport de l’homme au monde, dans son histoire comme dans le monde d’aujourd’hui" Jacques Teissier.

Ce prêtre, responsable au sein de son Eglise du service intitulé "Les arts, les cultures et la foi" n’a de cesse d’enrichir et transmettre sa connaissance de la corrida. "Plus qu’un spectacle, elle est un phénomène culturel, et, en cela, la "fête des toros" nous parle du rapport de l’homme au monde, dans son histoire comme dans le monde d’aujourd’hui…" Jacques Teissier peut donc être intarissable sur l’incroyable parcours du préhistorique aurochs, domestiqué au néolithique, il y a dix mille ans, aux confins de la Turquie et de la Syrie, duquel descendent tous nos bovins actuels, toro bravo et taureau camarguais compris, issus quant à eux d’ancêtres domestiques retournés à la vie sauvage…

Il peut se passionner à l’idée que les progrès continuels de la génétique permettront de mieux connaître encore ces milliers d’avatars d’un animal qui hante depuis la nuit des temps tous les mythes et toutes les civilisations forgés par les humains.

Plus encore, peut-être, Jacques Teissier se passionne pour ce que nous pouvons trouver de sens à la corrida dans le monde d’aujourd’hui, au miroir qu’elle nous tend des peurs, des refoulements, des censures de notre société moderne. "Pour moi, ce qui se joue dans l’arène est toujours porteur d’un symbole fort. Depuis toujours et pour toujours, l’homme a affirmé sa vie en affrontant la mort. Le défi à la mort, c’est profondément humain. Les sports extrêmes, ou les rites initiatiques de certaines civilisations africaines, est-ce que ce n’est pas aussi cela? Le propre de la corrida c’est de mettre la mort en spectacle, le toro meurt, l’homme peut mourir… mais nous vivons une époque qui cache la mort…".

Le croirez-vous? Jacques Teissier a même une réflexion profonde sur le phénomène anticorrida. Si l’effroi ou le rejet devant la violence intrinsèque de la corrida ne sont pas neufs, leur virulence organisée et médiatisée est relativement récente. La fureur à "cacher la mort" pourrait bien avoir, ici, partie liée avec l’évolution, dans nos mœurs citadines, de nos rapports d’humains avec notre environnement animal…

Rendez-vous donc au 26 bis rue Bec de Lièvre, le vendredi 20 janvier à 18h30. Participation
aux frais: 2 euros. Pot de l’amitié.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 33 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

8 réactions sur “NÎMES A La Placette, Jacques Teissier, prêtre des arènes, parlera corrida”

  1. 23 janvier, 18h40, pas d’imprécation anti corrida, on ne leur a pas dit d’écrire ici, car ce qui se passe chez nous ils s’en fichent. On verra si toutes ces vieilles interviennent, on sait jamais, il suffit qu’une page FB ou un site anti donne le lien! 🙂

  2. Surréaliste. D’un autre temps; mais est-ce bien raisonnable, aussi bien de relater ce non-évênement dans un style pompeux que de commenter (avec censure à la clé) les tréfonds de la corrida ?

  3. et si un groupe anti balance le lien, c’est qu’il doit suivre ce qu’il se passe chez vous, non ? je pense aussi qu’on peut aimer l’Occitanie et « sa culture » tout en étant anti quelque chose, tout ne peut pas plaire forcément et pas à tout le monde. tout ne plaît surement pas, et des « activités » pires que d’autres parfois :)enfin, si j’ai le droit de m’exprimer 🙂

    1. Jesus était végétarien donc ce prêtre s’est trompé de vocation.
      Quel honte il est ici pour faire du bien et protéger la vie. On se qui concerne leson anti-corrida je partâge avec une immense fierté d’être anti-corridà, il n’y a pas plus lâche que se faire plaisir de tuer un animal apeuré qui n’a aucune chance de s’en sortir…. vraiment lâche et lamentable

  4. Au lieu de se planquer derrière sa bible qu’il descende dans l’arène comme il le proclame …depuis toujours l’homme a affirmé sa vie en affrontant la mort. Sans doute n’a t-il jamais eu les coronesses nécessaire pour le faire. Heureusement que les combats de gladiateurs dans l’arène n’existent plus car ce prêtre trouverait le spectacle divin pour peu que la mort bien saignante soit au RDV. Padré défend la vie plutôt que la mort.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité