Actualités

BAGNOLS Les Communistes rendent hommage au résistant Josep Alabart-Pascual

Lors de la cérémonie, mercredi soir au monument aux morts du square Thome de Bagnols (Photo : DR)
Lors de la cérémonie, mercredi soir au monument aux morts du square Thome de Bagnols (Photo : DR)
Lors de la cérémonie, mercredi soir au monument aux morts du square Thome de Bagnols (Photo : DR)

Comme chaque année, les Communistes du Gard rhodanien ont rendu hommage mercredi soir à un résistant Bagnolais mort pour la France.

Cette année, ils ont choisi Josep Alabart-Pascual, qui appartenait à un réseau de résistance local d’obédience communiste dont étaient également membres Louis Thomas, qui a une rue à son nom à Bagnols, et Damian Ruiz, unique résistant du trio revenu vivant du camp de Dachau, et décédé en 1993.

Anarchiste né en Catalogne en 1913, Josep Alabart-Pascual combattra aux côtés des Républicains durant la guerre d’Espagne avant de s’exiler avec sa famille en France et de finir par s’installer à Sabran. Il intègre rapidement la résistance, et le groupe du capitaine Ferri. Il participe à la stratégie de harcèlement de l’occupant, et sabote des lignes électriques et des voies ferrées. Son expérience acquise lors de la guerre d’Espagne se montre utile, et Josep Alabart-Pascual montre un certain talent dans le maniement des armes et des explosifs.

Dénoncés par un traître, Alabart-Pascual, Thomas et Ruiz sont arrêtés le 10 février 1944, jetés en prison puis déportés. Thomas et Ruiz à Dachau et Alabart-Pascual à Neuengamme. Affecté dans un commando de travail en août de la même année, il périt comme 700 autres prisonniers en travaillant de force et dans des conditions extrêmes à l’agrandissement d’un aérodrome pour la Luftwaffe. Il laisse une femme et un fils.

Son nom figure sur le monument aux morts du square Thome, en version francisée : Alabart Joseph. C’est en ce lieu que les Communistes, et notamment la candidate aux législatives Léa Comushian et son suppléant Fabien Horvath, lui ont rendu hommage mercredi soir, au nom du devoir de mémoire.

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité