A la uneActualitésPolitique

NÎMES Clash Fournier-Lachaud : les Nîmois pas surpris !

Après le conseil municipal houleux de samedi, qui a vu le maire retirer sa délégation à son adjoint aux finances, l'Homme de la rue donne son point de vue. Petit florilège...

Dimanche matin, aux halles de Nîmes, le divorce politique Fournier-Lachaud ne figurait pas au rang des préoccupations majeures des chalands (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)

Ce dimanche matin, aux halles de Nîmes, haut lieu des discussions de café du commerce, le sujet de la discorde entre le maire de Nîmes Les Républicains, Jean-Paul Fournier, et son adjoint aux finances UDI, Yvan Lachaud, ne passionnait pas les foules...

Ce dimanche, au zinc de la buvette, on est plus intéressé à commenter la défaite du Nîmes Olympique face à Sochaux ou le match de rugby du RCN de l'après-midi à Grasse que de s'épancher sur ce combat des chefs... "J'ai entendu parler de ça mais je ne sais pas vraiment de quoi il retourne...", "C'est pas nouveau, ça fait des années que ça dure...", "Ça ne m'intéresse pas !", "De toute façon, entre eux, ça fait des années que c'est le bordel !" : pour un journaliste en quête de réactions, les premières tentatives ne sont pas très engageantes tant la grande majorité des personnes interrogées ne semble ne pas être tellement au courant des soubresauts qui agitent le Landerneau de la politique locale. Quant aux autres, pour emprunter à l'ex-président de la République Jacques Chirac, "ça leur en bouge une sans toucher l'autre"...

Ils sont ridicules et incompétents...

Et avant de collecter des réactions il faut faire au préalable de l'information et de l'explication de texte. "Ah bon ! Je ne savais pas !...", lâche Laurence, rencontrée devant un rayon primeur. " On a affaire à des pantins ! C'est une querelle de personnes qui n'a pas lieu d'être quant il s'agit de la gestion des affaires municipales", poursuit la retraitée de la SNCF. "Les élus sont garants des idées pour lesquelles les gens ont voté pour eux. Ils sont complètement ridicules et incompétents !"

Fournier est en train de déminer le terrain...

Pour la cuisinière et ancienne journaliste Arlette, "c'est du déjà vu ! Et même si ce ne s'est pas passé de la même façon, il y a quelques années c'est l'ancien maire, Bousquet, qui avait viré Fournier, son adjoint en charge de l'Urbanisme. Quand ce sera nécessaire, ils vont se rabibocher. Auquel cas, les gens ne comprendront pas et penseront qu'on les prend pour des imbéciles. Si ce n'est pas le cas, je pense que cela va précipiter la chute de Fournier et de la Droite. Il y a eu un précédent quand Lapierre s'était présenté face à Bousquet et qu'au final c'était le communiste Clary qui avait élu contre toute attente... Je pensais qu'ils feraient tout pour éviter ça. À bien y réfléchir, je suis tentée de croire que Fournier est en train de déminer le terrain pour Proust pour les prochaines municipales. Mais si c'est Burgoa qui se présente, ils (la Droite) sont morts !"

Proust est mis en examen, Lachaud gagne du terrain...

Sous couvert d'anonymat, installé avec des copains devant un p'tit verre de blanc, Henri accepte de s'épancher. Pour lui, il y a longtemps que le vers est dans le fruit : "Je les connais tous les deux. Ces querelles, ce n'est pas nouveau ! Ces derniers rebondissements sont à mon sens un prétexte invoqué pour divorcer. Mais avant ça encore aurait-il fallu qu'ils aient été vraiment mariés ! Ce n'était pas un mariage d'amour mais de raison. C'était le mariage de la carpe et du lapin ! Ils se détestaient déjà. Maintenant, c'est Lachaud qui va tirer les marrons du feu, il a toutes les manettes à Nîmes métropole. Ils (les Républicains) ont mis le loup dans la bergerie. Lachaud peut fort bien se retrouver en position de gagner la mairie. Au contraire de Proust, il n'est pas mis en examen. Les gens ne veulent plus de ça... Et concernant Proust, les artisans et les petits commerçants ont de la mémoire : ils se rappelleront que c'est lui qui était chargé des implantations des zones commerciales qui ont réduit à néant les commerces du centre-ville. Comme Proust, Lachaud n'est pas très charismatique ni très près des gens, mais petit à petit il fait son chemin et gagne du terrain. Quoi qu'il en soit, Fournier ne prend pas grand risque en écartant Lachaud de cette manière car à Gauche je ne vois personne capable de faire barrage à la Droite et de fédérer sur son nom." Fermez le ban...

Philippe GAVILLET de PENEY

philippe@objectifgard.com 

Etiquette

Philippe Gavillet de Peney

Après avoir traîné ma plume et ma carcasse un peu partout dans les rédactions des quotidiens régionaux de l'Hexagone, j'ai posé mes valises à Objectif Gard en mars 2016. Couteau suisse de la rédaction, j'interviens dans plusieurs rubriques avec une inclination plus marquée pour le sport, les portraits et les sujets de société... Au sein du journal, j'assure par ailleurs le Secrétariat de rédaction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité