A la uneActualités

GRAU DU ROI Belle ambiance pour le seul bain régional du jour

C'est un rituel balnéaire désormais établi. Sous un ciel voilé et dans des vagues un peu nerveuses, 58 baigneurs se sont jetés dans l'eau ce dimanche matin. Un exercice revigorant et plutôt amusant.

Mouillés mais contents !

Mûe par une détermination sans pareille, la rédaction d'ObjectifGard a décidé de se mouiller pour assurer la couverture du premier bain de l'année au Grau-du-Roi. Avouons-le, ce matin et face au ciel voilé et à la mer agitée, on se demandait bien s'il était sage de se mêler à ces dingues qui se précipitent dans les vagues dès les premiers jours de janvier. En observant les kayakistes qui faisaient des allers retours face à la Villa Parry, nous avons été à deux doigts de préférer l'observation à l'action. Et puis... on s'est ravisé !

"Surtout, il ne faut pas réfléchir ! il faut y aller en courant et puis c'est tout !" commente sur le parvis un connaisseur, qui a tenté l'expérience l'an dernier. 2017, année héroïque ; l'eau était à huit degrés et ceux qui l'ont vécu se rappellent quelques rougeurs, témoins de la fraîcheur, d'après bain. Cette année, on nous annonce 14° C mais sans soleil. Après l'inscription, direction vers le vestiaire sous une tente. Des volontaires se changent déjà. "Tout de même, on est bien fadas !" lance une retraitée. Tout le monde rigole. Certaines sont venues spécialement de Nîmes, voire de Tarascon.  On note plusieurs vétérans et des nouvelles, dont Georgette, 84 ans, de Douvaine, à deux pas du lac Léman. "Je suis née en 1934, et je me sens à la fois Belge, Suisse et Française : Européenne quoi ! A mon âge, je me suis dit que cette année, il était temps que je le fasse". Dans son sillage, elle a entraîné une amie, de 79 ans qui a décidé de garder son bonnet de père Noël. Sur le parking à deux pas de la plagette, on compte quelques dizaines de personnes en peignoir. L'heure approche. Nicolas Lambert, kayakiste du cru parraine l'opération. Cyril Larouzière, du Rotary prend le micro pour nous expliquer que nous serons les seuls baigneurs régionaux et hivernaux du jour. Hier, les préfets de l'Aude et de l'Hérault ont préféré annuler les baignades prévues dans leurs départements respectifs, notamment à Frontignan. Le Graulen est un pionnier. Ce dimanche, nous sommes 58 à braver les frimas.

Une Auvergnate sur la plage en janvier : "Je suis là parce que j'ai toujours rêvé de faire ça ! il y a de la neige chez nous, ça fait un équilibre !"
Georgette 84 ans à gauche "je voulais le faire ! Il était temps !"
Deux des trois présents sur cette estrade sont allés à l'eau : R. Crauste, le maire , Cyril Larouzière du Rotary et Nicolas Lambert, champion de kayak.
Difficile d'apercevoir les mouvements du coach pour l'échauffement avec le public qui filme et photographie les baigneurs. Du coup, on improvise !

L'échauffement musical et sportif dégénère rapidement en joyeux désordre. Entre le public qui filme et photographie les joyeux fadas que nous sommes et le groupe qui gigote dans tous les sens, difficile d'apercevoir les mouvements exacts de la coach. On essaie de garder le rythme, en copiant sur les Sauveteurs en mer ou les voisins, aussi perdus que nous. Réchauffés, on s'aligne sur la plage et on se met à courir. Trop tard pour regretter sa polaire, sa décision, on est déjà mouillés. C'est froid, mais ça passe. La hauteur et la vigueur des vagues - les traîtresses -  fait qu'on se mouille un peu plus que prévu. Trois ou quatre rondes plus tard, nous voilà diplômés du 1er bain de l'année 2018 ! A vrai dire, on ne se serait pas amusé à faire des longueurs trop longtemps mais l'expérience, une fois transformée, se révèle plus facile que prévue ! La satisfaction d'avoir participé à cette joyeuse folie collective bien encadrée est comme le bain et l'ambiance, revigorante !

Voilà, on a fait la ronde, on a bravé les vagues et la température de janvier.

florence.genestier@objectifgard.com

Florence Genestier

Arrivée à Objectif Gard depuis juillet 2017, ma première carte de presse date de 1991 (si, si !). Née en Bourgogne, des études lyonnaises, quinze ans de PHR dans une région de montagnes, puis un détour par une mairie, la vie web d'associations et de projets sur Paris, Dijon, le sud Bourgogne, quelques chroniques judiciaires. Me voilà chargée de l'actu de la Petite Camargue :) de l'Espiguette jusqu'à Vauvert et au-delà. C'est sportif mais passionnant !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité