A la uneActualitésSociété

NÎMES « Dans la peau de ma femme » pour la Saint-Valentin

Voilà une idée qui sort de l'ordinaire. Au lieu de fêter l'amour au restaurant, au cinéma ou en faisant la gueule à l'autre bout du lit, tentez l'aventure théâtrale ! Ce mercredi 14 février à l'Atria à partir de 19h30, la pièce "Dans la peau de ma femme" sera le point de départ d'une excellente soirée entre amoureux.

Petite explication. C'est l'histoire d'un gars... Non d'un couple, logique un soir de Saint-Valentin. Suite à une traditionnelle et inévitable scène de ménage pour parler de cette satané soirée, Cécile a fait un vœu. Elle a souhaité que son mari, Fred, se retrouve une seule journée à sa place. Et paf, le lendemain, son vœu a été exaucé et ce bon vieux Fred est dans le corps de Cécile. Petite ambiguïté, Cécile, elle, est dans le corps de Fred. La visite inopportune de leur meilleur ami les obligent à jouer le rôle de l'autre...

"On parle d'un couple, de tous les couples. J'avais écrit cette pièce avec Pierre Du Tremblay et ça tournait bien mais c'est grâce au génie de 221b Prod que nous en sommes arrivés là. Avec sa double casquette de réalisateur et de scénariste, Guilhem Connac a vite vu le potentiel de la pièce mais nous a dit que le scénario avait besoin d'un coup de jeune. Nous l'avons retravaillé avec lui et voilà ! Avec Florian Martinez, ils ont eu du pif", avoue humblement Benoît Labannière, Nîmois et heureux de venir jouer sa pièce chez lui.

Cette pièce est d'ailleurs devenue un incontournable du genre théâtre de boulevard. "On a remis au goût du jour ce qui devait l'être et c'est un réel plaisir de la jouer ainsi. Ça m'a également remis au goût du jour et j'en ai profité pour chasser mes références qui dataient des années 1970. Depuis ce changement, la pièce a été vendue à plusieurs troupes qui tournent à travers la France entière. On a écrit un tube, un coup de maître pour des Nîmois...", poursuit l'auteur, qui est aussi comédien.

Au théâtre un soir de Saint-Valentin ? On pourrait croire que l'idée n'est pas bonne mais quoi de mieux que rire un bon coup un soir devenu si important dans une relation de couple ? Ici, on est avant tout dans la comédie. "Ça parle du couple mais surtout de la vie quotidienne, des clichés qui n'en sont pas, des défauts de chacun... Tout le monde apprend une leçon et dans le public, les réactions sont excellentes. En même temps, la dispute du début est parti d'une véritable anecdote avec ma femme. Pour moi une sortie au théâtre un soir de Saint-Valentin, c'est le top. On se marre comme des baleines, il y a un rire toutes les trois phrases et le sujet est traité avec modernité", affirme Benoît Labannierre.

C'est grâce à une autre pièce qu'il a écrit (La manade des gens heureux) que Vincent Ribéra a repéré Benoît Labannierre. "Il bossait avec les grands, il nous a rencontrés, ça lui a plu et il nous a fait tourner. Nous sommes une sacrée petite équipe de battants avec de l'ambition. Maintenant, on vient nous chercher", assure l'auteur.

Des clichés soulignés de manière naturelle mais originale, des rebondissements, un scénario aiguisé, des émotions, du suspense... Bref, 1h10 de bonheur, de claquage de zygomatiques et d'évitement de tension. Une efficacité 100% garantie grâce au travail d'équipe de cette bande de joyeux lurons. "On est des ploucs de Nîmes comme disent les Parisiens. On ne faisait pas partie du milieu mais nous y sommes entrés par la fenêtre. Maintenant que nous rapportons pas mal d'argent à pas mal de monde, on nous écoute un peu plus et nos deux prochaines pièces sont vendues ou le seront très prochainement", évoque le peu rancunier Benoît Labannière qui bossé comme "gagman" de Naguy sur Virgin Radio il y a dix ans.

En même temps, cette répulsion capitale lui a fait rebrousser chemin et lui a permis un retour aux sources, dans sa ville de Nîmes et avec une belle vie familiale. "Je suis l'homme le plus heureux du monde", conclut celui (ou celle) qui vous fera rire le soir du 14 février... Si être heureux n'a pas de secret pour lui, après le spectacle, cela n'en aura plus pour vous !

Réservation au 04.67.50.39.56 ou ici. Tarif: 28 euros, emplacement libre.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité