ActualitésEconomieL'Agenda

GARD Poussez les portes des métiers d’art !

Le travail de la soie est le point central du musée des vallées cévenoles, ancienne filature. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

Le savoir-faire des Cévennes est mis à l'honneur lors des journées européennes des métiers d'art 2018.

Henri Brin, président de la CMA du Gard et Denis Bouad présentent le programme des JEMA 2018 (photo Corentin Corger)

Du 6 au 8 avril prochains, se déroule la 12ème édition des Journées européennes des métiers d’art (JEMA). Et cette année, le Gard joue à nouveau le jeu avec 70 évènements programmés dont la mise en place d’un circuit de visite et la création d’un rendez-vous d’exception dans les Cévennes. 

Un week-end dédié aux artisans d’art qui ouvrent leurs portes pour faire connaître leur savoir-faire spécifique et le faire découvrir au public dans l’espoir de susciter des vocations. Et concerner le jeune public, particulièrement visé cette année autour du thème « Futurs en transmission ». Potier, céramiste, coutelier, vannier, métiers de la filature et du textile, maître verrier, mosaïste… autant de passionnés qui vont partager leurs ateliers. Un moyen de faire découvrir des compétences artisanales parfois peu connues, qui nécessitent une transmission aux générations futures pour qu’elles continuent d’exister.

L’apprentissage, une notion chère à Henry Brin, président de la Chambre des métiers et de l’artisanat du Gard : « Ces journées servent à casser les a priori sur les métiers d’art, l’objectif c’est de créer de l’intérêt chez les plus jeunes ». Un discours renforcé et complété par Denis Bouad, président du Conseil Départemental, « On doit faire comprendre à l’enseignement général que l’artisanat n’est pas une voie sans issue, mais bien d’avenir ». 

Un circuit et un rendez-vous d’exception en Cévennes

La Chambre des Métiers et les associations d’artisans ont tenu compte des points à améliorer par rapport à l’édition précédente. L’accent est mis sur le regroupement de plusieurs artisans, ce qui permet de capter un plus grand nombre de personnes. Par exemple, la galerie-boutique « Ici nulle part… ailleurs » à Saint-Quentin-la-Poterie ou encore l’association « Je m’aNîmes » qui expose à l’église des Jésuites.  Car il est avéré que les visiteurs se limitent beaucoup à un rayon de 10 kilomètres autour de leur domicile. D’où la prise de conscience d’éviter d’éparpiller les expositions. Au total, 55 ateliers participent à l’évènement répartis dans tout le Gard.

Avec des nouveautés cette année, comme l’instauration d’un circuit entre Saint-Jean-du-Gard, Anduze et Vézénobres. Une découverte des talents exprimés sur l’Agglomération d’Alès avec également une portée touristique. Les parcours pourront s’effectuer en 2CV grâce à la participation des Virées Cévenoles. Chaque village peut également se visiter de manière individuelle. Et Saint-Jean-du-Gard est doublement mis à l’honneur avec la création d’un rendez-vous d’exception. Sur un lieu unique, en l’occurrence la Maison Rouge, le but est d’élargir les JEMA à six jours. Ce musée consacré aux métiers d’art du textile et de la filature de la soie, qui ouvre ses portes au grand public le 29 mars prochain, profite de l’opportunité. Une visite qui se présente uniquement sous forme de rendez-vous, enfin d’attirer un public plus attentif et de tisser des liens avec les artisans.

Corentin Corger

Informations et programme complet, à retrouver sur : www.journeesdesmetiersdart.fr 

Sur le même sujet : NÎMES « Je m’aNîmes » : une 4ème édition et toujours autant de belles surprises

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité