Actualités

FAIT DU JOUR Les rosalies du Grau-du-Roi repartent pour un tour

Entendez-vous le klaxon des quadricycles perdus dans les petites rues de la station balnéaire gardoise ? Les beaux jours sont de retour...

 

Simon, le loueur de rosalies. La boutique appartient à Gérard Prete, qui partage désormais son temps entre le Grau en pleine saison, les Cévennes et les voyages (photo F. G.)

Les Rosalies, ces quadricycles marrants, familiaux et sympathiques, à un rythme modéré, peuplent de nouveau trottoirs et chaussées de la station balnéaire gardoise depuis Pâques.

Inratables sur le front de mer : les rosalies. Simon, le loueur, en propose quatre en basse saison. Au plus fort de l'été, elles sont dix, voire douze, de fabrication belge et datant de 1992 à offrir leurs pédales aux mollets familiaux.  "C'est un des seuls cycles qui réunisse toute la famille en une fois, commente Gérard Pêtre, le fondateur de la boutique en 1992. À l'époque, l'homme des rosalies graulennes, quinquagénaire aujourd'hui, a une vingtaine d'années. Titulaire d'un DUT Gestion d'entreprise obtenu à Toulon, il commence par travailler à La Poste avant de se mettre en disponibilité et de lancer son entreprise avec sa compagne de l'époque. D'abord, la toute première année, dans une ruelle adjacente au front de mer, puis, face à la plage. À l'époque, pour les Rosalies à louer il compte un concurrent, installé vers la poste.

"Je venais de Toulon et je voulais monter mon affaire à Argelès-sur-Mer. Or, la mairie a décidé bizarrement à l'époque d'interdire les quadricycles. J'ai donc écrit à trois communes : les Saintes-Maries-de-la-Mer, la Grande-Motte et le Grau-du-Roi. Et le premier maire qui m'a répondu pour mon installation éventuelle a été celui du Grau." Le fils de pied-noir devient donc Graulen par périodes, avec la ferme intention de pouvoir profiter de l'arrière saison pour donner libre-cours à son envie de voyage. Il a fallu patienter dix ans pour que son affaire devienne rentable et si c'est désormais une institution, il ne compte plus de concurrence pour cet étrange véhicule ludique. Si Gérard Pêtre n'est pas devenu un grand passionné de vélo, il a arpenté une grande partie de l'Asie du Sud-Est au fil des ans, en basse saison.Quand ses cycles préférés restent au placard.

Des vélos par dizaines , adultes, enfants, électriques (photo F.G.)

À louer, douze Rosalies mais aussi cinquante vélos adultes et quinze pour les enfants. Depuis l'an dernier, il propose aussi six vélos électriques pour arpenter les pistes cyclables, rues et chaussées de la station. Passionné de bricolage, l'homme des rosalies graulennes aime aussi retaper une petite bergerie dans les Cévennes, à quelques kilomètres d'Alès. Il avoue peu participer, hors vie commerciale, à la vie locale, les cycles en tout genre, entre réparation et entretien, le monopolisant beaucoup l'été.

Depuis trois ans, en attendant la haute saison, Gérard a confié les clés du local à Simon, un Gardois globe-trotter qui a vécu huit ans à Berlin avant de revenir au pays. Plutôt bricoleur, Simon débute la saison, bichonne les premières rosalies, met en valeur les vélos. "C'est mieux de penser à réserver quand on veut bien en profiter, surtout si on a besoin de vélos plusieurs jours, insiste-t-il. Malgré un stock renforcé en pleine saison, on ne peut pas hélas fournir tout le monde. " Et attention, le vélo est la chose qui se vole le plus au Grau-du-Roi pendant l'été...

Florence Genestier

Une famille de touristes pédale en chœur le long de la plage : moment convivial et un peu confus, mais générateur de rires (photo F.G.)

Rosalies location, 25 avenue du Maréchal Juin  : Rosalies 2, 5, 6 ou 8 places. Prix variant de 8€ la demi-heure pour deux adultes à 30 euros l'heure pour 8 personnes. Vélo : de 3€ l'heure pour enfant à 120€ la semaine de location de vélo électrique adulte. Une caution est exigée. 7 jours sur 7. Hors saison : de 10 h à 19 h. Tél. : 04 66 53 56 75. www.location-rosalie-velo.fr 

Etiquette

Florence Genestier

Arrivée à Objectif Gard depuis juillet 2017, ma première carte de presse date de 1991 (si, si !). Née en Bourgogne, des études lyonnaises, quinze ans de PHR dans une région de montagnes, puis un détour par une mairie, la vie web d'associations et de projets sur Paris, Dijon, le sud Bourgogne, quelques chroniques judiciaires. Me voilà chargée de l'actu de la Petite Camargue :) de l'Espiguette jusqu'à Vauvert et au-delà. C'est sportif mais passionnant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité