ActualitésSociété

L’ESPÉROU La transhumance : un moment de travail et de fête

Vingt-huitième édition de la fête de la transhumance à l'Espérou qui se tiendra le 10 juin prochain.

La Fête de la Transhumance de l'Espérou en 2012 (Photo DR/Michel Minnot)

L'approche de l'été marque pour les agriculteurs le passage des troupeaux de la plaine à la montagne. Une montée dans les pâturages d'altitude que l'on fête chaque année à l'Espérou, perché sur les pentes du Mont Aigoual. Un événement qui attire en moyenne près de 10 000 visiteurs. La 28ème édition se tiendra le 10 juin. 

La fête de la transhumance est le temps fort de l'année dans le monde de l'élevage notamment ovin où environ 1 000 brebis vont quitter la plaine pour retrouver de l'herbe dans les alpages des Cévennes. Des éleveurs qui peuvent compter sur le soutien de la Chambre d'agriculture du Gard, organisatrice des festivités, et sur la participation financière de la Communauté de communes Causses Aigoual Cévennes.

Même si la transhumance se déroule le 10 juin, des événements sont programmés tout le week-end. Et ce dès le vendredi, avec une journée dédiée à 150 enfants des communes environnantes. Grâce à des ateliers animés, ils vont mieux connaître l'agriculture et le territoire du Mont Aigoual et des Cévennes. Le samedi, sur réservation, le public peut visiter des estives à partir de 16 heures. C'est à dire les pâturages qui vont accueillir le lendemain les troupeaux. De quoi profiter du calme de la montagne, avant la tempête.

Pédagogique et festif

Les éleveurs pourront profiter d'un moment de convivialité avec un dîner musical prévu le samedi soir, dans le cadre de la veillée des bergers. Le dimanche, les troupeaux arriveront à l'Espérou aux alentours de 10 heures et rejoindront leurs estives vers 16 heures. Une volonté pour les organisateurs de mettre en avant l'élevage et notamment les nouveaux venus parmi les 150 éleveurs ovins du Gard. "On n'est pas du tout dans le folklorique", précisent-ils. Une volonté de faire comprendre au public, la nécessité de la transhumance : "si on ne mettait pas les troupeaux dans les prairies, on y perdrait en biodiversité. Cela fait partie de l'aménagement du territoire", prévient Marc Delpuech, éleveur.

Un aspect pédagogique mais bien évidemment festif. Et le programme est chargé : marché du terroir, animation musicale, bar des bergers et vente de viande d'agneau en direct au prix du producteur. Une manière de "valoriser le produit du pré à l'assiette", remarque Magali Saumade, vice-présidente de la chambre d'agriculture. La fête de la transhumance se fait aussi en famille : tontes de mouton, simulateur de conduite de tracteur, balade en calèche et à dos d'âne, animaux de la ferme vous attendent également.

Corentin Corger

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité