ActualitésPolitique

ALÈS L’ambassadrice du Canada auprès des entrepreneurs gardois

De gauche à droite : Jean Rampon, Isabelle Hudon, Annie Chapelier, Jean-Pierre De Faria. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard
De gauche à droite : Jean Rampon, Isabelle Hudon, Annie Chapelier, Jean-Pierre De Faria. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

Sur invitation de la députée gardoise Annie Chapelier, Isabelle Hudon, ambassadrice du Canada en France, était de passage à Alès ce mercredi 18 juillet.

Elle avait fait la promesse de venir sur la circonscription de la députée franco-canadienne Annie Chapelier. Isabelle Hudon, influente femme d’affaires québécoise et ambassadrice du Canada en France depuis l’automne dernier, a tenu parole : hier, en fin d’après-midi, elle était dans les locaux de la délégation alésienne de la Chambre de commerce et d’industrie du Gard, en présence de son président Jean-Pierre De Faria mais aussi du sous-préfet d’Alès, Jean Rampon. Devant plusieurs entrepreneurs gardois, la diplomate est venue parler du traité de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne (Ceta), entré en vigueur le 21 septembre 2017, et qui suscite « beaucoup de craintes et d’interrogations », commente Annie Chapelier.

Avec son accent marqué et un grand sourire accroché aux lèvres, Isabelle Hudon a pris le temps de déconstruire ce qu’elle appelle « les fantasmes installés dans l’opinion publique. » Par exemple au sujet de la production bovine : « non, assure-t-elle, le Ceta ne va pas permettre au Canada d’envahir le marché français avec du bœuf aux hormones. » Bien que la France et le Canada ne soient pas soumis aux mêmes obligations sur ce sujet, « le traité n’efface en rien les règles des deux pays, il les respecte dans un sens comme dans l’autre. »

Après avoir évoqué également les inquiétudes liées au climat et à l’environnement, l’ambassadrice a souligné le « potentiel » canadien pour les entreprises françaises. « Il faut considérer le Canada comme une porte d’entrée en Amérique du Nord. Avec l’Aléna (accord de libre-échange nord-américain entre le Canada, les États-Unis et le Mexique), nous représentons un marché qui couvre plus de 400 millions d’habitants ! » Toujours en bonne représentante de son pays, Isabelle Hudon a insisté sur l’importance, pour les entrepreneurs français, « de considérer le Canada dans leur plan de croissance car c’est un territoire où il fait bon exporter. »

Élodie Boschet

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité