ActualitésEconomieInsolite

GALLARGUES L’entreprise Gaia, mère de l’héliportage de clôture

Les 181 panneaux acoustiques ont été posés dans la journée (photo Corentin Corger)

C'est un événement quasiment unique qui s'est déroulé, ce mercredi, à la direction régionale du groupe LIDL à Lunel. La pose de murs anti-bruit par l'entreprise Gaia, basée à Gallargues, à l'aide d'un hélicoptère. Retour sur un chantier pas comme les autres. 

Gaia groupe se divise en trois branches : bâtiments, énergie et clôture système. Cette entreprise gardoise propose tout type de clôtures mais se distingue par des réalisations originales. Barrières de stades de football, clôture de centrales photovoltaïques ou encore celles des dunes à la plage. Son chantier de ce mercredi était encore particulier : la pose de panneaux acoustiques au siège régional de l'enseigne LIDL. Située à la limite de la ZAC de la petite camargue à Lunel, l'entreprise fait face à des logements. Seule la route sépare la zone d'activité et les résidences.

Sous la pression de la préfecture de l'Hérault, l'installation de murs anti-bruit était rapidement espérée. Pour couper les nuisances causées par le balai incessant des poids lourds, notamment la nuit. De tels travaux se réalisent normalement avec une grue mais le gérant, Nicolas Martin a de bons contacts : "lors d'un repas, un de mes amis qui bossent là dedans m'a dit : "pourquoi ne pas le faire en hélico? " Un ami qui fait partie de l'entreprise Heliconia, située à Gap et spécialisée dans tous les métiers de l'hélicoptère.

288 mètres de panneaux posés en une journée

La dizaine d'hommes au sol stabilise le panneau, gêné par le vent (photo Corentin Corger)

"Avec une grue, on en avait pour quinze jours, là c'est réglé en une journée. On réalise une économie de 30% sur notre budget", souligne Vincent Veyrun, co-gérant de Gaia. Le coût de cette prestation aérienne revient à 25 euros la minute. Un gain d'argent mais surtout de temps. Estimé à environ deux minutes, la pose d'un panneau de 5 mètres de haut par 1,5 mètres de large durait environ 1 min 30, ce mercredi matin. Au total, ce sont 181 panneaux qui ont été installés pour une distance de 288 mètres.

Le ballet est bien huilé. L'hélico qui vole très bas, ce qui rend impressionnant la manœuvre, soulève le panneau. Au préalable, deux sangles sont accrochées pour permettre aux hommes au sol de stabiliser la plaque au moment du levage. De forme plate, elle est très susceptible au vent. Une fois le panneau de bois positionné au dessus des poteaux, il n'y a plus qu'à le faire coulisser. Un jeu d'enfants quand on voit la vitesse d'exécution. Surtout pour le pilote habitué à travailler dans les Alpes, coincé entre deux montagnes. L'engin est, par contre, obligé de faire le plein au bout d'un peu plus de deux heures de vol.

Gaia se veut précurseur dans l'utilisation d'un hélicoptère dans la pose de clôture et pourrait réutiliser l'appareil sur d'autres chantiers. La construction n'a pas de limites.

Corentin Corger

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité