ActualitésSociété

SAINT-GILLES Dernières dates pour fêter les 20 ans à l’UNESCO

Façade restaurée de l'abbatiale de Saint-Gilles (Photo Andy Messens)

Le 2 décembre 1998, le comité du patrimoine mondial de l’UNESCO, réuni à Kyoto, inscrivait sur la liste le bien culturel en série intitulé " Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France ".

Cette inscription faisait suite à celle du " Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle en Espagne " en 1993 et à celle de la " Vieille ville de Saint-Jacques-de-Compostelle " en 1985. Ce bien français compte 78 composantes (64 édifices, sept ensembles et sept sections de sentiers), réparties dans dix régions et 95 communes, qui en font le plus grand ensemble patrimonial de France. Il témoigne des aspects spirituels et matériels du pèlerinage, du contexte du pèlerinage médiéval et résume la diversité des itinéraires empruntés par les voyageurs. Il fait partie du cercle prestigieux des 1 073 biens identifiés par l’UNESCO dans le monde (la France en compte aujourd’hui 43).

Un lieu de rassemblement, un bouquet final festif

Tout au long du Moyen Âge, Saint-Jacques-de-Compostelle fut une destination majeure pour d’innombrables pèlerins de toute l’Europe. Pour atteindre l’Espagne, ils traversaient la France par quatre voies symboliques, partant de Paris, de Vézelay, du Puy et d’Arles, et menant à la traversée des Pyrénées.

Classée monument historique dès 1840, l’abbatiale de Saint-Gilles, abbaye majeure de l’Occident médiéval, centre d’un de ses plus importants pèlerinages aux XIe et XIIe siècles, étape majeure de la plus méridionale des quatre grandes routes vers Saint-Jacques-de-Compostelle alors parcourues, fait partie de ce bien en série. La ville de Saint-Gilles souhaite donc, en cette fin d’année 2018, valoriser son abbaye romane et, par extension, l’ensemble des composantes du bien.

Le programme :

Les 8 et 9 novembre, colloque scientifique international " De Saint-Gilles à Saint-Jacques " : recherches archéologiques sur l’art roman des Chemins de Compostelle dans le midi français et en Espagne. Projet placé sous la direction scientifique d’Andeas Hartmann-Virnich et Heike Hansen, au titre du programme de recherches pluriannuel porté par le Laboratoire d’Archéologie Médiévale et Moderne en Méditerranée. Au Pavillon de la culture et du Patrimoine, informations : 04.66.87.40.42.

Le 9 novembre à 19h, direction la crypte de l’abbatiale pour un concert de l’ensemble A Barbaresca, trio a capella, composé de Chris Dupouy, Agnès Bertaud et Ian Ashdown. Polyphonies corses profanes et sacrées sur les manuscrits franciscains des XVII et XVIIIe siècles, et chants traditionnels corses.

Enfin, les 14 et 15 décembre à 18h30, 19h et 20h, place au bouquet final et à l'illumination scénique de la façade de l’abbatiale. En effet, un spectacle son et lumière sur la façade sculptée nouvellement restaurée sera projeté. Il jouera sur des effets de couleurs, en présentant notamment les polychromies récemment découvertes sur les sculptures des façades et intégrera un récit permettant au public de (re) découvrir l’histoire de cet édifice exceptionnel.

Dans l'abbatiale de Saint-Gilles (Photo Anthony Maurin).

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité