ActualitésEconomie

CCI GARD Redynamisation centre-ville, transfert de compétence… Le point sur les enjeux commerciaux

dd

 

De gauche à droite : Jacques-Henry Monti, directeur EDF Méditerranée, Éric Giraudier, président de la CCI 30, Audrey Carbo, 1ère vice-présidente en charge du commerce, et Marco Lucca, président de Terre de commerces 30 (photo Corentin Corger)

La Chambre de commerce et d’industrie (CCI) du Gard a tenu son assemblée générale en début de semaine. Plusieurs actualités sur la question du commerce ont été abordées.

Cette conférence de presse a démarré avec un point sur le dispositif FEDEBON, lancé en 2017. Il est de nouveau dans l’actualité car ce chèque cadeau permet à plus de 4 500 salariés d’effectuer notamment leurs achats de Noël dans près de 1 000 commerces et artisans du Gard. Ce qui concerne au total 66 communes dans le département. «L’année dernière, le chiffre d’affaires de cette opération s’est élevé à 1 million d’euros. FEDEBON influe positivement sur le tiroir-caisse de nos commerçants de proximité», félicite Marco Lucca, président de Terre de commerces.

L’occasion de mettre en avant différents regroupements et initiatives d’entreprises comme Les Dynamiques d’Uzès. Elles comptent déjà, depuis leur lancement en début d’année, 216 adhérents sur 282 commerces uzètiens. Les Dynamiques sont d’ailleurs à l’origine des Médiévales d’Uzès qui ont eu lieu le week-end dernier. La CCI du Gard est également signataire des conventions « Action cœur de ville » à Alès et Bagnols-sur-Cèze.

«Ce sont des villes qui ont souffert de la paupérisation du centre-ville. Nos élus ont compris l’urgence du centre-ville et d’un cœur dynamique à préserver. Une prise de conscience qui n’était pas le cas, il y a trois 3,4 ans. Il faut arrêter de développer la périphérie déjà extrêmement bien fournie», explique Marco Lucca. Avec cette opération l’objectif est de réhabiliter, favoriser un développement économique, mettre en valeur l’espace public et fournir l’accès aux équipements et services publics dans les centres-villes.

Relancer l’activité des centres-villes semble au cœur des préoccupations de la CCI du Gard. Elle part du constat que sur les 353 communes gardoises, 125 d’entre elles ne disposent plus d’un commerce alimentaire. Un sujet qui sera abordé au prochain Salon des maires qui aura lieu en avril. Parmi les solutions proposées, concernant les grandes villes et Nîmes, une maison du commerce est envisagée, «afin de renforcer la proximité avec les commerçants et leur donner un lieu de vie, de réunion dans le centre-ville», annonce Audrey Carbo, 1ère vice-président en charge du commerce.

Encore au stade de projet, la recherche du lieu idéal est en cours. Conformément aux doléances des commerçants, une braderie sera organisée fin janvier, à la fin des soldes d’hiver. Comme cela avait été le cas en juillet dernier. Également en réponse à une demande des restaurateurs et hôteliers nîmois : la publication d’un petit lexique de traduction avec des formules et noms des plats proposés en six langues. Autres mesures prévues pour réhabiliter le centre-ville : taxer les friches commerciales et habiller les locaux vides.

Transfert de compétence et partenariat avec EDF

EDF et la CCI du Gard ont signé une convention pour accompagner les entreprises dans une gestion plus durable de leur énergie (photo Corentin Corger)

La présence de la CCI dans les communes va se renforcer avec le transfert de la compétence commerce dans le cadre de la loi Notre adoptée en 2015. L’organisme met à disposition ses outils aux collectivités pour les accompagner sur le volet commerce. Les communes ont jusqu’à la fin de l’année pour délibérer et savoir si elles transfèrent la compétence commerce de proximité à l’EPCI auquel elles appartiennent. C’est-à-dire à l’établissement public de coopération intercommunale, qui se traduit localement par une communauté de communes ou une agglomération. Sans délibération, le transfert sera automatique. Concernant, Nîmes métropole, on en saura davantage sur les communes qui ont transféré lors du conseil communautaire du 3 décembre.

La CCI Gard a profité de l’occasion pour signer un partenariat avec EDF visant à aider les entreprises à s’engager dans une démarche de développement durable et de maîtrise de l’énergie. «Le but est d’accompagner les initiatives écologiques des entreprises avec la promotion du solaire, de l’éolien», souligne Jacques-Thierry Monti, directeur commerce EDF Méditerranée. La CCI veut soutenir les entreprises dans cette transition énergétique.

«Le coût de production doit être maîtrisé. L’énergie est un poste qui pèse donc il faut les conseiller pour optimiser les rendements», explique Éric Giraudier. Pour le président de la CCI Gard, la matérialisation concrète de cette convention passe par des rencontres : «on doit amener de la pédagogie, de l’information auprès des entreprises. Une action de sensibilisation pour qu’elles intègrent ces évolutions et puissent rester compétitives.» Entre accompagnement des entreprises et restructuration des centres-villes, le programme est chargé.

Corentin Corger

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité