ActualitésSociété

NÎMES Mas de Mingue : quand Camus s’associe à d’Ormesson

Le pôle éducatif Jean-d'Ormesson du quartier du Mas de Mingue est réalisé en concertation avec la population. Les jeunes élèves de l'école élémentaire Albert-Camus s'y impliquent fortement.

L'intérieur du futur pôle éducatif Jean-d'Ormesson.

Le Mas de Mingue est un quartier un peu particulier. À l’est de la cité des Antonin, niché dans une garrigue méconnue, le quartier date des années 1960 et la venue des pieds-noirs sur le continent. Depuis ? Peu de travaux, beaucoup de problèmes mais aucune solution trouvée au marasme local.

Le pôle éducatif Jean-d’Ormesson qui doit sortir de terre dans quelques mois illustre parfaitement la nouvelle politique de la ville qui implique les structures scolaires dans la vie du quartier.

Durant toute la durée du chantier, les élèves de l’école élémentaire Albert-Camus, dans le cadre du projet pédagogique « Le Mas de Mingue, aujourd’hui et demain », travaillent concrètement à l’amélioration du projet global et apprivoisent tout le processus de conception et de réalisation de leur future école.

Les enfants de l'école Camus sont associés à la construction de leur future école et viennent régulièrement effectuer des visites de chantiers et des reportages photographiques (Photo : DR)

Un groupe d’une cinquantaine d’élèves s’implique dans la construction du pôle scolaire en faisant des propositions personnelles lors d’ateliers de création, d’invention et d’interprétation. Les objectifs disciplinaires de ce projet sont en corrélation avec le programme scolaire de cycle élémentaire qui enseigne « la capacité de l’élève à prendre en charge des aspects de la vie collective et de l’environnement et développer une conscience citoyenne et écologique », comme détaillé dans le projet éducatif.

L'extérieur du futur pôle éducatif Jean-d'Ormesson à Nîmes.

Les élèves, qui vivent pour la plupart au Mas de Mingue depuis leur petite enfance, n’ont aucun recul ni esprit critique quant à leurs conditions de vie et leur environnement. Face à ce constat, le projet met en place des ateliers qui visent à leur faire prendre conscience des changements qui vont être opérés dans leur quartier et les placer au centre des transformations.

Ce projet offre une entrée très concrète à la découverte de la géographie car il permet d’aborder la problématique « habiter » en situant les apprentissages au plus près du quotidien des élèves. Représenter le monde environnant par les domaines du collage, du modelage, la réalisation de maquettes, de reportages photographiques…

S’engager pour agir individuellement et collectivement, penser par soi-même et avec les autres, être plus sensible aux choses et connaître les principes pour vivre avec les autres dans la nouvelle école. Pour que le Mas de Mingue trouve un nouveau souffle et toute sa place dans la cité.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité