A la uneActualitésSociété

ALÈS Les opposants au projet Porte Sud toujours mobilisés

Rémy Coulet au micro devant les opposants au projet Porte Sud ce samedi matin à l'entrée d'Alès. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Les semaines passent et rien ne semble bouger, hormis la construction du site qui, elle, avance à grands pas.

Depuis le mois d’octobre dernier, les opposants au projet Porte Sud - un vaste espace commercial prévu à l’entrée d’Alès - se sont remobilisés après des années de combat. Ils ont multiplié les conférences de presse, les réunions auprès du sous-préfet d’Alès et les rassemblements, comme ce samedi matin, devant le futur site. En vain… Du moins pour le moment.

Un opposant au projet Porte Sud. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Il y avait environ 80 personnes ce samedi matin à l’entrée d’Alès. Un mélange d’opposants historiques (les membres des associations « Saint-Hilaire durable » et « Sauvegarde de l’identité de la Prairie »), de Gilets jaunes, de politiques et de syndicalistes.

Représentant « Saint-Hilaire durable », Rémy Coulet a pris le micro en rappelant les grandes lignes de cette saga qui a débuté en 2005. Il s’est interrogé sur le permis de construire accordé par la mairie d’Alès au promoteur immobilier, Claude Dhombre. Présent parmi les manifestants, Jean-Michel Suau en a profité pour distribuer un tract avec une photo sur laquelle on découvre le maire Max Roustan et Claude Dhombre ensemble.  Précisons que la photo en question a été prise à l’occasion des 20 ans du mandat du maire et que, ce jour-là, des centaines d’alésiens (si ce n’est plus) ont pris la pose pendant plus de deux heures auprès de Max Roustan. N’empêche que pour les personnes présentes, il n’y a aucun doute possible, Claude Dhombre a bénéficié de certaines largesses et en profiterait encore. Seul « l’arrêt immédiat et définitif des travaux ainsi qu’une remise en état du site » pourraient les convaincre du contraire. Mais à en juger par l’avancée du chantier, c’est loin d’être gagné…

Tony Duret

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Vous aimeriez aussi

8 réactions sur “ALÈS Les opposants au projet Porte Sud toujours mobilisés”

  1. Les decideurs (les elus) des communes dAles et St Hilaire ont signe des permis (tacites) apres que le Conseil d’Etat ait valide le Ppri. Les 2 maires Max Roustan et Jean Michel Perret devront prendre leur responsabilite en cas de crues devastatrice.
    Ils pourront toujours se refugier derriere les carences de l Etat ( qui ont leur part bien entendu l.affaire) mais c est tout de meme un peu facile.
    Personne n a oblige les maires a prevoir dans leur document d urbanisme l urbanisation de c es zones. Il faut croire que le promoteur avait de sacres arguments pour qui ils passent outre la legislation et l avis du Conseil d Etat.

    1. Cette construction regroupe plusieurs incohérences :
      Incohérence écologique : laisser construire un hypermarché de 7000 m2 dans une zone inondable qui va mettre en danger les salariés, les clients et les populations située sous en aval
      Incohérence sociale : les emplois créés le seront au détriment des emplois de proximité et de plus les emplois créés seront des emplois précaires et à temps partiel qui seront soumis à un « management » irrespectueux des salariés
      Incohérence envers la réglementation car les textes empêchent toute construction (et c’est bien la moindre des choses ) dans des zones classées en aléa fort au Plan des Prévention des Risques Inondation.

  2. Laissons le s installer et creer de l emploi… pour une fois que cela bouge sur ales. Et ne venez pas dire que c est hyper innondable avec tous les travaux effectués au niveau du gardon depuis 10 and… certes il y a un risque mais pas plus qu ailleurs dans ales. Alors laissons une econonie se creer

    1. quand tu auras 120cm d’eau dans ta maison ou que quelqu’un de ta famille seras emporter par les caronades on verras ta réaction il es certains que dans 20 ans tu ne seras plus de ce monde donc on ne pourras pas te faire des reproches
      Roustan n’a jamais dit qu’en 2002 il s’en est fallu de 50 cm pour que la cathédrale soit inondée les travaux sur le gardon pipeau !!!!!
      vas construire toi en zone inondable et tu verra que ton permis de construire seras annulé par Roustant ou alors ru est un lèche bottes de routant je que je suis persuadé

  3. L’article oublie de mentionner l’essentiel à savoir que selon le PPRi (plan de prévention des risques d’inondation d’Alès cette zone est inondable en aléa fort donc inconstructible. Il est gentil le journaliste quand il semble dire que la photo est anodine et ne prouve rien . Comment explique-t-il qu’un maire accorde un permis dans une zone inondable aléa fort à un promoteur? Comment explique-t-il ce manquement grave à la loi commune en matière d’urbanisme après les catastrophes meurtrières? Qu’il essaie de construire dans une zone comparable du point de vue du PPRI et il verra bien. Là , il s’agit de recevoir du monde : des salariés et des clients.
    Quant aux emplois : c’est du pipeau. Au mieux il y aura transfert et en général moins de création que de destruction.
    Ce journaliste devrait savoir que si la France est très mal classée par Transparency international qui lutte contre la corruption c’est probablement parce qu’il y a trop d’affaires de genre. et trop de maires sensibles aux  » arguments » des promoteurs.

  4. Des milliers de m2 dorment a la Pierre Plantee avec un centre commercial ferme des batiments artisanaux a l abandon, des pavillons squates depuis des.lustres. C est le meme proprietaire que Porte.Sud. Il aurait construit sans probleme ses batiments . On pourrait aussi y faire des logements sociaux ou autre. Mais on prefere laisser en friche en attendant une bonne affaire? En cheville avec Roustan?

    1. Vous avez tout compris. Il faudrait rajouter qu’à la Pierre Plantée devinez qui a empêché l’ex proprio de s’agrandir pour le pousser à la faillite et récupérer la mise. C’est un monde de requins et c’est souvent le plus voyou qui gagne.

  5. Ces manifestants et les commentateurs de l’article usent vraiment de toutes les méthodes propres aux syndicats et à la gauche : désinformation, fausses nouvelles, mensonges, approximations…
    Le Permis de construire a été délivré par la mairie d’Alès à un moment où le PPRI était suspendu et le terrain constructible.
    Le fait que le PPRI ait été remis en vigueur par la suite n’a pas d’incidence sur le permis car ce n’est pas rétroactif.
    Le chantier n’est donc pas illégal, il est mis en oeuvre en vertu d’autorisations valables et purgées de tous recours ou retrait.
    Le permis d’aménager délivré par la mairie de Saint Hilaire après le rétablissement du PPRI est lui aussi légal, il n’est pas interdit de construire des parkings en zone PPRI aléa fort.
    En pratique le terrain du projet a une altimétrie supérieure à celle de la zone de CORA et n’a jamais été inondé même en 1958 et 2002, son classement en zone d’aléa fort a été opéré du fait qu’il n’était pas construit lors de l’élaboration du PPRI pour éviter toute nouvelle constructions.
    Heureusement que des citoyens ont le courage de se battre pour développer l’économie alésienne et lutter contre les abus des services de l’état.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité